décembre « 2006 « A vrai dire…

Archive pour décembre 2006

Lundi 4 décembre 2006

Transcendance… J’écris ce billet après une conférence au cours de laquelle a été évoquée la difficulté de “réunir tous les hommes autour d’une même table” (l’expression est de Michel Serres); de “trouver une façon de parler de la transcendance aux hommes d’aujourd’hui”.

C’est je crois ce que j’ai essayé de faire dans ma “présentation du christianisme“, même si je n’emploie pas le mot transcendance.

Qu’est-ce d’ailleurs que la transcendance? Je me contenterais volontiers dans un premier temps des définitions qui apparaissent dans le “Petit Larousse”:
- C’est ce qui est “d’une nature radicalement autre”, “absolument supérieure”; ce qui est “extérieur au monde”.
- C’est ce qui est au delà de toute expérience possible.

La notion d’absolu change un peu de nature à notre époque, où l’on distingue par exemple en mathématiques plusieurs niveaux d’infinis.
Et qu’est-ce que “le monde”?

Dès lors si quelqu’un comme André Comte-Sponville affirme que “pour le matérialiste il n’y a pas de transcendance, il n’existe que le monde”, cela ne me gêne pas vraiment!
J’ai d’ailleurs déjà indiqué combien me paraissait discutable, spécieuse, l’opposition entre matérialisme et… quoi d’autre d’ailleurs? Le spiritualisme?

Pour moi ce qui est, est! Et il y a probablement une partie de ce réel qui nous dépasse “infiniment”, de même que par exemple notre réflexion dépasse ce qu’une amibe ou même une mouche peut appréhender! On est toujours le transcendant d’une autre espèce (voir aussi le texte 9 d’Approches).

Si donc par transcendant on entend un réel qui nous dépasse, c’est bien ce dont traite mon essai de présentation du christianisme.

On entend aussi parfois par transcendance les vécus intérieurs exceptionnels que tel ou tel homme peut parfois expérimenter: je l’évoque en partie en parlant des “signes” que le chrétien ressent parfois.