« A vrai dire…

Les malentendus du “Père”. Dire à tout homme autour de moi que Dieu est père (ou que Dieu est amour), c’est inacceptable, incompréhensible; et sans doute faux. Avec les malheurs qu’il y a dans le monde, la réponse immédiate sera que c’est un père qui s’occupe bien mal de ses enfants.
En fait Dieu se propose comme père à ceux qui le veulent. Il ne les tire pas nécessairement du pétrin, mais leur vie prend un autre sens. Ils peuvent entrer dans la confiance, la louange, et confier chaque situation à son amour. (Se reporter à tout ce qui concerne la “puissance de la louange” sur le site “Choisis d’aimer”).
Est-ce un scandale, que Dieu soit ainsi Père pour les uns et pas pour les autres? Il faudra analyser cela. L’idée semble être en somme que Dieu propose, et qu’il est père pour ceux qui le prennent pour Père
Parmi les problèmes il y a évidemment que beaucoup n’ont pas entendu parler de lui; ou si mal qu’ils n’ont pas compris!
Quant à l’expression “Dieu est amour”, elle désigne une dimension de Dieu: quelque chose d’extraordinaire qui change complètement la vie de ceux qui le découvrent. Mais il n’y a visiblement pas que cela dans l’univers. Je connais le Dieu d’amour en ce qui me concerne; mais à un homme qui ne le connaît pas je parlerai, avec le Père Duval-Arnould (idem, cf site Choisis d’aimer), de Jésus qui nous montre un chemin d’amour qui en vaut la peine.
Ce qu’il en est par ailleurs de l’au-delà, cela nous dépasse.



Un commentaire sur “”

  1. fdo dit :

    Il est clair que nous parlon de quelqu’un avec des mots qui ne correspondent pas tout à fait à la même réalité. Néanmoins, l’image du père plutôt que de la mère est éclairant. La mère risque d’infantiliser, d’avoir un rapport fusionnel. Elle implique une forme de dépendance affective. Le père est souvent moins investit dans la vie familiale que la mère. Il est plus absent qu’elle, comme Dieu semble plus absent dans nos vies. Il est celui qui fait grandir, qui rend plus indépendant, qui pousse à l’autonomie. En ce sens, Dieu est père : il nous laisse libre.

Laisser une réponse