Aimer, approches (blog)

26-6-2008

Bref plan pour un enseignement biblique

Catégorie: Approfondissement, Bible — Ph.L @ 14:35 Modifier

Il est possible que je sois invité de temps à autre à faire un “enseignement” devant un groupe chrétien. J’esquisse ici ce que peut être la structure d’un tel enseignement, portant sur un passage de la Bible.
Deux parties: la première sur les aspects en quelque sorte “techniques” du texte; la deuxième plus spirituelle.

L’un des buts de la première partie est de montrer aux auditeurs comment procéder eux-mêmes quand ils étudient un texte. Il s’agit notamment:
- de regarder ce qui vient avant le passage étudié et ce qui vient après;
- de regarder quels mots sont répétés dans le passage, ou encore sont remarquables;
- de regarder quels mots ou expressions se retrouvent ailleurs dans la Bible.
- le cas échéant de regarder les différences entre le texte étudié et ses parallèles dans d’autres évangiles.

Cette étude technique peut être précédée si nécessaire par une partie concernant l’auteur du livre biblique étudié et son contexte, etc.

Ainsi par exemple l’évangile d’aujourd’hui (Matthieu 7,21 à 27 - “Jamais je ne vous ai connus”; maison sur le roc) vient à la fin du discours sur la montagne; il comprend des phrases analogues à l’épisode des vierges folles; et il peut-être l’occasion d’une réflexion sur la volonté du Père (y.c. l’agonie); ainsi que sur le “roc” (quels sont nos rocs, dans notre vie spirituelle).

28.07.08 - Une des façons de repérer des idées importantes dans un texte biblique est en quelque sorte de créer une liste de mots-clef du texte, de “tags”, comme on le fait sur un blog.

2.09.08 - Autre méthode utile: “fermer le texte” et le réécrire de mémoire: on voit vite quels mots du texte on n’avait pas bien retenus…
Il est bon naturellement de consulter les notes des diverses bibles (y.c. notamment la “Bible expliquée”), ainsi que les commentaires des ouvrages généraux. Et de comparer les diverses traductions.

Sur un sujet voisin : Un enseignement sur la Trinité.

 

24-11-2007

La tentation, l’agonie

Catégorie: Bible — Ph.L @ 15:42 Modifier

Une réflexion sur les similitudes entre l’agonie du Christ et sa tentation est faite, dans un texte que je trouve remarquable, par quelqu’un que j’ai le plaisir de bien connaître. :-)

Ce sont deux passages où Jésus est seul, où un ange ou des anges s’approchent, et où quelque chose est répété par trois fois.

En notant aussi que l’on peut interpréter la demande de Jésus au présent: quand il dit “Que cette coupe s’éloigne de moi”, il peut s’agir de l’agonie elle-même…

Je ne sais si on trouve déjà ailleurs la réflexion que Catherine esquisse.

 

21-11-2007

A propos de la bible hébraïque

Catégorie: Bible — Ph.L @ 12:24 Modifier

Un bref billet à propos de la liste des livres admis dans la bible hébraïque, suite à deux conférences du rabbin Serfaty.

On sait que cette liste a été fixée par les autorités pharisiennes à la fin du premier siècle de notre ère. Ont été écartés les livres que nous appelons “deutérocanoniques” (les Maccabées, Baruch etc.).

Ce n’était pas seulement une question de langue: en effet le premier livre des Maccabées était disponible en hébreu, et de même par exemple le Siracide.

Le Siracide, bien que non retenu, a continué à être cité par le judaïsme rabbinique jusqu’au 12° siècle. Il était regardé, dit la TOB, comme utile à l’édification des croyants. Au XX° siècle on considérait son texte hébreu comme perdu… jusqu’à ce qu’il soit retrouvé dans les grottes de Qumrân.

Le premier livre des Maccabées est un exemple des raisons qui ont guidé les choix des docteurs juifs: il n’a pas été retenu, explique le rabbin Serfaty, parce qu’il parle de la dynastie hasmonéenne, qui ne descendait pas du roi David…

 

25-10-2007

“Segond 21″: une nouvelle traduction de la Bible

Catégorie: Bible — Ph.L @ 18:32 Modifier

La Société Biblique de Genève vient de publier la première édition d’une traduction nouvelle qui, selon l’introduction, s’inspire de la traduction Segond. Elle porte le nom de “Segond 21″ et a pour slogan: “L’original, avec les mots d’aujourd’hui”.

Brochée et très bon marché, cette édition devrait être suivie de deux autres: l’une “de référence” avec 23000 notes, et l’autre apparemment destinée aux jeunes, sous le titre MaBible.net.

Cette première édition ne comprend qu’une introduction générale de 6 pages et pour chaque livre un bref texte de 4 ou 5 lignes. Elle est écrite en petits caractères et vendue… 1 euro 50 ! Un record!

Voici sur un passage de l’Epître aux Romains (6,19) une comparaison avec la “Segond 1910″, la “Nouvelle Segond” et la traduction “Parole de Vie”.

Segond 1910:
Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté.

Nouvelle Segond:
Je parle de manière humaine à cause de la faiblesse de votre chair: de même, en effet, que vous avez mis votre corps tout entier, comme un esclave, à la disposition de l’impureté et du mal, pour aboutir au mal, ainsi maintenant mettez votre corps tout entier, comme un esclave, à la disposition de la justice, pour aboutir à une consécration.

Segond 21:
Je parle à la manière des hommes, à cause de votre faiblesse naturelle. - De même que vous avez mis vos membres comme esclaves au service de l’impureté et de l’injustice pour arriver à plus d’injustice, de même maintenant, mettez vos membres comme esclaves au service de la justice pour progresser dans la sainteté.

Parole de Vie:
J’utilise une comparaison humaine parce que vous avez du mal à comprendre. Autrefois, comme des esclaves, vous aviez mis votre corps au service d’une vie immorale et pleine de désordre, et le résultat, c’était la désobéissance à Dieu. De même, aujourd’hui, comme des esclaves, mettez votre corps au service de ce qui est juste, et le résultat, ce sera une vie qui plaît à Dieu.

La “Bible à la Colombe” (Segond révisée) est très proche, pour le passage considéré, de la Segond 1910.

 

7-10-2007

Colère de Dieu

Catégorie: Bible — Ph.L @ 13:43 Modifier

Une brève note sur la colère de Dieu, qui donne l’occasion de créer dans ce blog une catégorie “Bible”:
Dans le groupe Bible que nous animons Catherine et moi, la discussion a notamment porté à la dernière réunion sur la colère de Dieu (dans le premier testament), avec des questions du genre: “La colère n’est-elle pas un péché capital?”…

Les rédacteurs de la Bible ont interprété les événements en terme de colère de Dieu; il était nécessaire pour le progrès spirituel du peuple juif de lui faire comprendre que les actes ont des conséquences, que se détourner de la loi de Dieu entraîne des malheurs.

Catherine vient de trouver une façon très claire d’énoncer la chose: c’est un peu comme si Dieu disait:

“Vous ne vous occupez pas de moi? Alors moi je ne m’occupe pas de vous non plus; je laisse la violence du monde s’exercer contre vous.”

 

1-7-2007

De Daniel au “microblogging”

Catégorie: Approfondissement, Bible — Ph.L @ 9:57 Modifier

En lisant le livre de Daniel dans le cadre de notre groupe Bible j’ai découvert, comme cela se produit souvent, des points qui ne sont guère mentionnés par les Bibles et que j’aimerais partager: cela rejoint ma réflexion sur des commentaires bibliques “collectifs”.

Un ami m’a donné l’idée d’expérimenter un instrument technique nouveau, “Twitter”. J’explique sur le site “Parler du web” en quoi consiste l’outil, ses avantages et ses limites.

Donc si vous voulez voir de petites réflexions sur la Bible que j’écris au long de la journée, rendez-vous sur ce site de “microblogging” ou par RSS…

Parmi les premiers billets: une proposition pour la traduction de Romains 4,3 (”lui fut compté comme une attitude juste”); des liens entre le “fils d’homme” de Daniel et des passages bibliques où Dieu chevauche les nuées. Et une intéressante note de la Bible “Parole de Vie” sur l’utilisation de l’expression “Fils de l’homme” à cette époque; mais je n’ai pas eu la place de mentionner la source…

19.11.07 - Je cesse d’utiliser Twitter. Les commentaires sur la Bible sont désormais accumulés ici.

 

24-6-2007

Eloge de la Bible “Parole de Vie”

Catégorie: Approfondissement, Bible — Ph.L @ 10:27 Modifier

La traduction de la Bible dite “Parole de Vie” (Alliance biblique universelle) s’appelait au tout début “Bible en français fondamental”. Elle a été réalisée par des traducteurs dont le but était de s’adresser à des populations ne connaissant que l’essentiel du français, et que tout mot un peu rare aurait dérouté.

Je l’avais découverte lors de la parution de ses premiers éléments: les Psaumes d’abord, que j’avais offerts à plusieurs personnes. Puis le Nouveau Testament, où les épitres de Saint Paul devenaient enfin lisibles!

Bien que simplifiée dans sa syntaxe (usage du présent et de propositions courtes), elle est très fidèle au sens du texte; plus à mon sens que la “Bible en français courant” qui me semble parfois s’écarter trop de l’original hébreu ou grec.

Ces jours-ci, comme nous travaillons en groupe biblique le livre de Daniel, j’ai réouvert cette traduction pour lire les chapitres 7 et suivants (la partie apocalyptique du livre): au moins, dans cette traduction, on comprend facilement ce qui est dit! (Reste, bien sûr, à savoir pourquoi l’auteur du livre a écrit cela, et quelle est la symbolique des images..).

A noter que cette Bible existe en deux versions: avec les livres reconnus par les seuls catholiques (livres “deutérocanoniques”), et sans ces livres.

 

14-5-2007

Vers des commentaires bibliques “collectifs”?

Catégorie: Généralités, Bible — Ph.L @ 15:00 Modifier

Ce qui suit est une idée, qu’il resterait à réaliser!

De nombreux livres, de nombreuses personnes, commentent les différents versets de la Bible ou se posent des questions pertinentes à leur sujet.

Actuellement la plupart de ces travaux sont considérés par leurs auteurs et par les éditeurs comme leur propriété intellectuelle et commerciale: on n’est pas autorisé à les reproduire ou à les utiliser dans un document de synthèse.

Pourtant, bénéficier des remarques des uns et des autres et en disposer sous une forme “synthétique” serait très utile. J’ai effectué un travail de ce type sur la première lettre aux Corinthiens: selon les versets, les remarques de telle Bible ou de telle autre apportent des éclairages complémentaires; parfois les Bibles ne sont pas d’accord entre elles; et parfois j’ai ajouté mes commentaires personnels. (voir http://plestang.free.fr/lesch_co.htm).

A une époque où, grâce à Internet notamment, se développent des travaux “libres”, mis gratuitement à la disposition de tous, on peut envisager qu’un certain nombre de personnes ayant une bonne connaissance de la Bible seraient disposées à les mettre à disposition sous une forme permettant à chacun de “faire son marché” parmi ces commentaires.

Je parle dans un billet sur le site “Parler du web” des aspects techniques de la question, mais je voudrais décrire ici à quoi pourrait ressembler le système auquel je pense.

1) La “source” serait constituée par les commentaires ou questions (sur des sujets difficiles ou non résolus) rédigés par toute personne souhaitant contribuer à ce travail collectif libre.

Exemple: Alice X., chrétienne “de base” mais ayant une bonne culture biblique, a l’habitude de mettre sur son blog des commentaires sur tel ou tel passage de la Bible. Des extraits de ces commentaires, rattachés à un verset ou chapitre précis de la Bible, pourraient être diffusés par elle, ou avec son accord, dans l’outil biblique collectif qu’il est proposé ici de créer.

Il serait souhaitable que ces commentaires soient brefs, comme le sont en général les notes des Bibles; quitte à renvoyer par un lien à des travaux plus détaillés existant par ailleurs.

2) A l’autre bout de la chaîne, tout internaute intéressé par ce travail collectif sur la Bible disposerait, sur le site du projet, de la liste de tous les “auteurs” contribuant au projet: il “ferait son marché” dans cette liste, en sélectionnant ceux des auteurs dont il souhaite avoir les commentaires. Le site du projet ne ferait aucune sélection: toute personne pourrait se déclarer auteur (en veillant tout de même à éliminer les mauvais plaisants).

Les commentaires des auteurs sélectionnés par cet internaute seraient intégrés (par un outil informatique à créer), dans une vue propre à l’internaute: une sorte de document électronique comportant en colonne de gauche les versets de la Bible, et en colonne de droite les commentaires des auteurs retenus.

Plus encore: l’internaute pourrait éliminer les commentaires qui ne l’intéressent pas (parmi les commentaires des auteurs retenus), et se constituer ainsi une édition annotée de la Bible complètement personnelle.

On pourrait prévoir aussi que l’internaute puisse ajouter ses propres commentaires, même s’il ne les a pas diffusés à tous par l’intermédiaire du site.

Tout ceci nécessite évidemment des outils informatiques appropriés. Pour l’instant je me contente de lancer l’idée…

Les commentaires sont bienvenus: ici en ce qui concerne la définition du projet; sur le site “ Parler du web ” en ce qui concerne les aspects techniques.

 

2-6-2006

Davidovits (suite), Michel Serres, etc.

Catégorie: Recherches, Bible — Ph.L @ 18:36 Modifier

Le deuxième tome du livre de Joseph Davidovits “La Bible avait raison” (Ed. Jean-Cyrille Godefroy) est sorti il y a quelques mois. L’auteur y poursuit ses analyses, déjà évoquées dans ce blog, sur l’histoire du peuple juif en Egypte et après son installation en Israël. Toujours basée sur l’hypothèse d’une technique de la pierre agglomérée développée par Joseph et ses descendants, l’analyse, très fouillée, mérite lecture; par exemple en ce qui concerne l’Exode, si les juifs ont pu, en plusieurs vagues, voyager vers Israël sans problème, c’est parce qu’ils étaient considérés comme des Egyptiens, d’un clan particulier.

Les hypothèses égyptologiques et archéologiques de ce livre - qui rejoignent pour une part ce qu’écrit Finkelstein dans son célèbre livre “La Bible dévoilée” - seront peut-être écartées d’un revers de main par les “scientifiques” des diverses spécialités; on aimerait pourtant un débat ouvert, car pour un semi-profane comme moi, ce que dit Joseph Davidovits est assez passionnant.

C’est ici que je rejoins une intéressante chronique de Michel Serres entendue récemment sur France-Info: “débattre”, disait-il, signifie le plus souvent combattre, jouer un rôle, représenter une opinion, et presque jamais accepter de reconnaître ce qu’il y a de vrai ou de possible dans la position de l’autre. Alors que sur la plupart des sujets c’est bien l’incertitude qui devrait être reconnue.
Ceci pour les “scientifiques” de tout poil, dont l’absence de recul critique me désole souvent; ils savent, ou croient savoir: qu’il s’agisse d’exégèse, d’archéologie, etc.

On peut aussi penser aux réflexions de Jacques Neyrinck, dans son livre présenté ci-dessous: si on a vraiment la foi, on ne craint pas ce que la science peut nous apprendre.
Peut-être découvrirons-nous que Salomon, par exemple, n’était pas du tout le grand roi que prétend la Bible. Cela choquera certains fondamentalistes; mais si c’est la vérité, alors cela n’a pas de sens de se cramponner et de fermer les yeux.

 

11-2-2006

“Christ the Lord”: un livre étonnant

Catégorie: Ouvertures, Bible — Ph.L @ 9:03 Modifier

Pas encore traduit en français - il est sorti aux USA en novembre - “Christ the Lord, Out of Egypt” d’Anne Rice raconte à la première personne la vie de Jésus vers l’âge de 7 ans, de la sortie d’Egypte au premier pélerinage à Jérusalem. Une sorte de journal autobiographique!

Riche en détails bien vus, le livre nous montre Jésus découvrant peu à peu qui il est et le situe dans son environnement, avec Joseph et Marie bien sûr, décrits de façon nuancée, tout le reste de la famille de Nazareth et le contexte de la Palestine à cette époque.

Ce livre est très enrichissant, inspiré pourrait-on dire. J’y retrouve - dans un genre pourtant en principe différent - la subtilité des descriptions d’une Maria Valtorta.

L’auteur, redevenue catholique après de longues années d’athéisme, a ceci de particulier qu’elle était jusqu’alors surtout connue par des romans d’un genre bien différent (vampires etc. !).

“Il vous est né aujourd’hui (..) un sauveur, qui est le Christ Seigneur” (Luc 2,11).

2.04.08 - Le deuxième tome est sorti.

 

12-1-2006

“C’est la pureté qui devient contagieuse”

Catégorie: Approfondissement, Bible — Ph.L @ 16:49 Modifier

Enseignement sur l’évangile d’aujourd’hui, Marc 1,40-45, par Anne-Cathy Graber, “ancienne” de l’église mennonite (c’est l’équivalent d’un “épiscope” dans l’église primitive) et membre du Groupe des Dombes.

Jésus touche un lépreux et le guérit; et c’est Jésus qui ne peut plus entrer dans les villes: il a pris sur lui l’impureté.

Les juifs, explique Anne-Cathy Graber, étaient très soucieux de pureté: ils considéraient l’impureté comme contagieuse.

Jésus renverse la chose: sa pureté est plus forte que n’importe quelle impureté; c’est sa pureté qui devient contagieuse.

Il se produit ce que Luther appelait le “joyeux échange” à propos de 2 Co 5,21:
“Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait pour nous péché, afin qu’en lui nous devenions justice de Dieu.”

Jésus a pris sur lui nos péchés, et nous donne en échange d’être rendus justes.

 

27-10-2005

Le Christ de l’abbé Pierre

Catégorie: Approfondissement, Bible — Ph.L @ 13:39 Modifier

Un nouveau livre de l’abbé Pierre sort en librairie (”Mon Dieu, pourquoi?” Plon). On avait pu penser il y a quelques années que ce cher abbé avait un peu perdu la tête - je pense à des positions politiques qu’il avait prises. Son livre nous rassure et a des accents un peu similaires à ceux de soeur Emmanuelle.
Je ne connais pour l’instant du livre que les extraits qui en sont parus dans “Le Point”, et mentionnerai d’abord un passage qui me semble intéressant, avant un autre qui me laisse plus interrogatif.

A propos de l’ordination éventuelle de femmes comme prêtres, l’abbé Pierre écrit: “Le Christ, en tant que seconde personne de la Trinité, n’a ni sexe masculin ni sexe féminin. Jésus, en tant qu’incarnation de cette personne divine, ne pouvait avoir qu’un seul sexe. Compte tenu (..) des mentalités de l’époque, on voit mal comment une femme aurait pu être crédible (..). (..) Il m’apparaît donc évident que le choix du sexe de Jésus est contingent et ne ressort d’aucune nécessité théologique.”

Je trouve intéressante cette distinction entre ce que nous avons vu du Christ et ce qu’il est en réalité.

Un sujet sur lequel je suis moins convaincu, ce sont les révélations qu’il fait sur sa sexualité. “J’ai connu, écrit-il, l’expérience du désir sexuel et de sa très rare satisfaction (..)”, et juste avant: “Je n’ai jamais eu de liaison régulière car je n’ai pas laissé le désir sexuel prendre racine”.
Il dit certes ensuite que “pour être pleinement satisfait le désir sexuel a besoin de s’exprimer dans une relation amoureuse (..)” et que, cette relation lui étant “fermée par (son) choix de vie, (il) ne pouvait dès lors que rendre les femmes malheureuses (..)”.
Mais tout cela, si je puis me permettre, est bien génital. D’autres prêtres disent qu’ils ont été amoureux, et il me semble que je préfère! Pour l’abbé Pierre, on dirait qu’il s’agit d’abord de soulager des glandes grâce à une partenaire. Question d’époque et de tempérament sans doute.

 

18-10-2005

“Mani” et autres gnoses

Catégorie: Approfondissement, Bible — Ph.L @ 20:20 Modifier

Je viens de terminer la lecture du livre “Les jardins de lumière” d’Amin Maalouf (J.-C. Lattès), qui raconte de façon romancée la vie de “Mani”, fondateur du manichéisme (en Perse, vers l’an 250), dont j’ignorais jusqu’au nom! Pour Amin Maalouf, il s’agit d’une doctrine extrêmement ouverte et tolérante. Le sens moderne de l’expression ne donne pas, estime-t-il, une idée juste de cette religion.
En parallèle je dispose d’un petit livre beaucoup plus technique, “Mani et la tradition manichéenne” (Points Seuil).

Des doctrines de type manichéiste se sont répandues dans le monde méditerranéen et au-delà, et ont perduré de nombreux siècles. Saint Augustin (vers l’an 400) avait été manichéen et dialogue avec eux. Les cathares, bien des siècles plus tard, en sont plus ou moins la continuation.

Cette doctrine est à replacer dans le contexte plus large des doctrines de type “gnostique”, opposant la lumière et les ténèbres, qui ont séduit beaucoup d’esprits. Pour ces gnoses, ou en tout cas pour beaucoup d’entre elles, Jésus, “sauveur spirituel”, ne peut pas être mort sur la croix, ce qui aurait été charnel…

Il apparaît que Mani, élevé dans les milieux gnostiques, se considérait comme la révélation ultime: le Paraclet en qui repose l’Esprit, le Prophète annoncé par Jésus…

Je suis frappé par la ressemblance des deux éléments que je viens de mentionner avec ce que dira Mahomet (vers l’an 600), lui aussi dernier prophète et niant que Jésus soit mort sur la croix… Peut-être des groupes manichéens existaient-ils dans la région où vivait Mahomet.

 

7-10-2005

Voyages et liens

Catégorie: Ouvertures, Bible — Ph.L @ 9:11 Modifier

Un texte de mon ami Claude Hériard, dans lequel il reprend un passage d’Urs von Balthasar sur Marie à la limite des deux testaments, chair et sang rejetés, mais en même temps associés complètement à la passion. Une très belle méditation.

Un commentaire sur la Bible des Septante, dans le blog “orthodoxie.com“:
“On aurait tort de croire que le texte de cette version grecque est moins fiable que celui du texte hébreu, puisque le modèle hébreu qui a servi de référence à la traduction grecque est aujourd’hui perdu et que le texte hébreu qui sert de base à la plupart des traductions actuelles (appelé « texte massorétique ») est plus récent que cette version grecque et représente une interprétation particulière et assez tardive du texte hébreu originel.”

“TopChrétien” reproduit un article anglais du TimesOnline dont le titre est “Les plus hautes autorités catholiques ne croient plus à la vérité de certaines parties de la Bible”. Il faudrait naturellement lire le document original de l’épiscopat anglais. L’article écrit par exemple: “Voici quelques versets que le document qualifie de faux” (suivent les références Genèse 2; 21-22 Genèse 3;16 Matthieu 27;25 Apocalypse 19;20). Donc en résumé et d’après cet article, les catholiques disent que la Bible dit parfois des choses fausses.

Comme plus ou moins chaque mois, je rassemble ici des informations diverses, en mettant les plus récentes au dessus.

 

17-5-2005

“Pages vues”

Catégorie: Approfondissement, Bible — Ph.L @ 20:06 Modifier

Un nouveau texte d’Henri Bacher, sur la Bible comme carte d’un territoire qui est le monde invisible, “aussi réel que le monde visible”…

“La base de la science, c’est le doute, dit le philosophe Olivier Abel (entendu sur Fréquence protestante). S’il y a une hypothèse qu’on n’est pas prêt à mettre en doute, ce n’est plus de la science, c’est du dogmatisme.”

Une phrase de Christian de Chergé entendue sur Radio Notre-Dame et que je reproduis de mémoire:
“Nous avons tous des préjugés: les musulmans par rapport aux chrétiens et les chrétiens par rapport aux musulmans. Quand j’arriverai auprès du Père, je comprendrai comment lui les voit; donc essayer de les voir dès à présent, non pas avec mes préjugés, mais comme lui les voit.”

Une lettre de lecteur, en anglais, sur l’éducation religieuse des enfants dans un couple dont la femme est juive pratiquante (libérale) et le mari méthodiste: l’idée est de les élever dans la religion juive jusqu’à 13 ans, en leur laissant le choix de passer au christianisme. Le journaliste répond qu’il doute qu’il soit approprié d’avoir les deux séries de symboles religieux à la maison, et de fêter les deux séries de fêtes.

A l’occasion de la mort de Ricoeur - un très grand - cet interview de lui, datant d’il y a deux ans, reproduit par La Croix.

TopInfo reproduit un article du Chicago Tribune au sujet de l’influence du vaudou sur les prostituées africaines, qui pensent que si elles quittent la prostitution des malheurs arriveront à leur famille.

Dans le journal américain “Times Argus“, un lecteur répond à une lectrice à propos du christianisme, qu’elle rejette: “Lisez un évangile, et regardez les paroles du Christ: c’est la plus haute éthique qui ait jamais été enseignée. Il était inévitable que toutes sortes de gredins, y compris dans le clergé, prétendent y adhérer pour couvrir leurs actes. Est-ce que cela discrédite l’enseignement du Christ ou encore les véritables chrétiens qui suivent réellement son enseignement?” (j’ai résumé le texte).


©N.Y.T
Cette photo qui figure sur le site du New York Times montre une banale église de campagne?
Oui, mais avec une particularité, c’est que nous sommes en Chine, dans la province du Hebei, … et qu’il s’agit d’une église catholique rattachée à Rome (église “souterraine”, ou comment dit-on?), qui fonctionne avec l’accord des autorités locales! Alors qu’au niveau national évidemment seule l’église patriotique est reconnue.

“La Russie n’est pas un territoire païen à convertir”: un journaliste italien attribue ces paroles à Benoît 16 (Courrier International n°759 p.16). Phrase intéressante puisqu’elle va dans le sens de la reconnaissance des évêques orthodoxes comme évêques de l’unique Eglise dans les pays essentiellement orthodoxes; ce qui ne règle pas évidemment la question des catholiques qui habitent ces pays, mais fournit une base de dialogue avec l’orthodoxie.
En sens contraire un article américain, peut-être mal traduit, évoque le fait que la concurrence entre religions est une des dimensions inévitables du monde moderne, à laquelle la plupart des églises orthodoxes ne se sont pas adaptées.

Un article juif donnant une liste de raisons pour lesquels les juifs ne reconnaissent pas Jésus comme le messie. Le texte n’est pas toujours parfaitement informé (par exemple il ne dit pas que c’est la Bible des Septante qui a adopté la traduction “parthenos”), mais mériterait réponse.

Un début d’encyclopédie catholique en ligne suivant la méthode Wikipedia. Peu de choses encore dedans, mais séduisant.
Un paralysé guéri lors d’une session charismatique.
Je rajoute désormais les nouveautés en tête, c’est plus clair pour les lecteurs RSS.
Bienvenue à madame le prêtre“: L’église “catholique chrétienne” s’est séparée de l’église catholique après Vatican 1, et a évolué depuis; en Suisse elle admet le mariage des prêtres et l’ordination des femmes.
Un commentaire sur la célèbre phrase du Notre Père, “ne nous soumets pas à la tentation”: l’auteur du livre recensé préfère - comme moi - “ne nous laisse pas entrer (ou: “fais que nous n’entrions pas”) dans la tentation”; curieux, de ce fait, qu’il ait mis le mot “épreuve” dans le titre de son livre…

 

Powered by WordPress