Aimer, approches (blog)

22-9-2005

L’islam, religion des “valeurs fortes”…

Catégorie: Approfondissement — Ph.L @ 13:48 Modifier

“Le Point” du 22 septembre consacre un dossier à “l’affrontement” entre Jésus et Mahomet… Le dossier est somme toute quelconque et attribue quelque peu aux religions ce qui, comme Jean-Claude Guillebaud le fait justement remarquer dans son livre “La force de conviction”, relève plutôt d’une utilisation abusive des religions par les gens de pouvoir.

C’est l’interview de Malek Chebel que je voudrais citer ici.
Pour lui - si du moins il est cité correctement - “Mahomet est un personnage plus abouti (que Jésus)”. “(Le christianisme) est une religion de bonté, (..) compassionnelle. En Orient, ce sont des vertus féminines”.
(Petite question, au passage, à propos d’un autre Orient - le vrai: la compassion de Bouddha est-elle considérée comme féminine? Mais peu importe au total ! :-) )

Malek Chebel poursuit: “(En islam) les valeurs fortes comme la richesse, la force, la guerre, ne sont pas remises en question. Religion masculine par définition.”

Plus loin et sur un sujet un peu différent il ajoute, mais peut-être avec un clin d’oeil quand on sait qu’il est psychanalyste et auteur d’un “Manifeste pour un islam des Lumières”:

“Je suis toujours surpris par la force de conviction des convertis chrétiens à l’islam. Qu’est-ce qu’ils y trouvent? Une virilité et une sécurité qu’il n’y a plus dans le christianisme. Dans l’islam ils n’ont plus à penser. La parole vient d’en haut” (etc).
Et ensuite: “Ils peuvent régresser en toute quiétude”…

Enfin sa conclusion, qui est bien dans sa ligne habituelle:
“Ce que je réprouve, c’est l’usage abusif de Dieu pour régler des problèmes entre les hommes”.
(Noter les nuances: “abusif”, régler “des” problèmes…).

 

19-9-2005

Du “pays de l’ogre” à la liberté

Catégorie: Ouvertures — Ph.L @ 15:42 Modifier

Après avoir relu avec toujours plus d’émerveillement “Le moine et la psychanalyste” de Marie Balmary, j’en reproduis ci-après juste un passage; mais il y en a des centaines, bien différents les uns des autres, que j’admire.
C’est un des personnages du roman qui parle, pendant un échange sur la fausse idée de Dieu, “ogre”, qu’ont beaucoup de gens:

“… les lieux de culte devraient être des temples-hopitaux. On y arriverait malades, sous l’emprise de celui qui dévore; on y découvrirait des récits-médecins laissés par ceux qui en sont sortis avant nous, récits qui soignent et donnent des forces; des récits-cartes, des récits-guides pour sortir du pays de l’Ogre. On trouverait aussi des amis avec qui tenter la sortie.”

 

14-9-2005

“Voyages”

Catégorie: Approfondissement — Ph.L @ 8:58 Modifier

Pour Lytta Basset, “ne plus viser la perfection mais l’amour, un amour généreux et parfois maladroit. La perfection c’est l’orgueil, l’amour c’est un don restitué”. C’est mon ami Claude Hériard qui cite cette belle phrase dans son blog.

Une petite note qui n’est pas vraiment un “voyage”, encore que… : un ami, bon connaisseur de la situation en Israël et en Palestine, a coutume de dire à la fin de l’exposé introductif qu’il fait aux groupes qu’il accompagne là bas:
“Si vous avez compris, c’est qu’on vous a mal expliqué”…

Un livre merveilleux, que je viens déjà de relire: le dernier Marie Balmary, “Le moine et la psychanalyste”. J’en parle ci-dessus!

Je substitue au titre “pages vues” celui de “voyages”, comme dans le blog Pertinences.
Cela permet de mentionner autre chose que des pages web. Comme d’habitude le plus récent sera rajouté en premier.

Je commence à lire un livre de Gilles Bernheim, “Le souci des autres: au fondement de la loi juive” (Calmann-Lévy 2003). Bonne introduction me semble-t-il à la profondeur du judaïsme.

 

13-9-2005

Incompréhension…

Catégorie: Recherches — Ph.L @ 11:44 Modifier

Me voici assez sidéré, et quand même un peu déçu, par l’incompréhension totale de ma démarche dont témoigne un théologien catholique que je ne nommerai pas, dans la réponse qu’il vient de faire à mon envoi du texte principal d’Approches. Je cite:

“Votre texte est la reprise constante des contestations immédiates, ‘primo-primaires’, de l’homme de la rue à l’Eglise. Vous grattez la démangeaison sans cesse. Vous détruisez allègrement les représentations courantes, mais vous ne les remplacez par rien. Vous ne construisez pas. A aucun moment vous n’essayez d’établir un pont pour dire à l’homme d’aujourd’hui, en faisant appel à son expérience, que derrière ce langage qu’il ne comprend pas il y a tout de même quelque chose d’important pour la révélation que Dieu nous fait et pour notre foi.”

Bigre! Il y a au moins malentendu, car je ne m’adresse certainement pas à l’homme de la rue, mais au chrétien convaincu! Je suppose pratiquement la foi comme point de départ. La réalité de l’amour et de l’au-delà sont pour moi les bases fermes dont je pars!
Par contre en effet, le langage, je ne l’aime pas, alors que mon correspondant se consacre à l’expliquer…

Je trouve cette réaction assez désolante; elle montre combien ma démarche est éloignée de celle de ce théologien.

Sur le forum, j’ai cité ce que m’écrivait en sens contraire un ami protestant, et je le reproduis ici:

“… les premiers chrétiens étaient mal vus parce que c’étaient des personnes qui n’avaient pas de religion! J’ai la même impression avec ton site! Et c’est excellent! J’ai l’impression que je suis en face d’un site qui ne défend plus le fait religieux, mais qui veut retrouver le vrai “moteur” du christianisme, un peu comme un automobiliste qui se préoccupe avant tout du chassis et du moteur de son véhicule, laissant la carrosserie et l’habillage intérieur à d’autres.”

 

9-9-2005

Le viol, péché contre la chasteté…

Catégorie: Approfondissement — Ph.L @ 11:40 Modifier

Je lis dans “Réforme” un extrait du “Catéchisme abrégé de l’Eglise catholique” qui vient de sortir chez Bayard/Cerf.

A la question 492, “Quels sont les principaux péchés contre la chasteté?”, outre “l’adultère, la masturbation, la fornication, ..” (la masturbation a déjà été évoquée dans ce blog au 25 février, et franchement quel ordre bizarre des mots!), on trouve “… la pornographie, la prostitution, le viol …”.

Le viol, péché contre la chasteté! J’imagine, j’espère, que le viol est d’abord cité dans les crimes, et dans les péchés contre la charité (qui sont les seuls véritables péchés, les péchés éventuels “contre soi-même” étant à apprécier eux aussi à l’aune de la seule charité).

Il aurait paru souhaitable que le lien soit fait avec la partie relative aux crimes, si elle existe, et qu’un lecteur naïf et primaire, qui voudrait apprendre la chasteté, ne pense pas que le viol ce n’est après tout pour l’église qu’un péché moins important que la masturbation, puisque cité après! Donc on n’est pas parfait, on peut bien se masturber de temps en temps, et violer de temps en temps…

Je trouve cela assez scandaleux.

 

6-9-2005

Les médias, religion moderne?

Catégorie: Généralités — Ph.L @ 6:53 Modifier

Jean-Claude Guillebaud écrit dans le “Nouvel Observateur”, cité par Topinfo, que les médias sont devenus plus religieux qu’on ne croit, notamment avec leurs grand-messes quotidiennes comme le téléjournal, et des célébrations collectives comme les grands championnats de football, les collectes humanitaires etc. “La télévision, pour ne citer qu’elle, analyse-t-il, fonctionne bien comme une Eglise, … elle dispose de ses prêtres, diacres et sous-diacres capables d’assurer, à heures fixes, le bon déroulement des offices vespéraux. Elle occupe dans la cité la place qu’y tenait la religion au sens où l’entendait Emile Durkheim”. Et le chroniqueur, ajoute Topinfo, de constater que la religion médiatique qui nous assiège est d’abord réactive, émotive et inquiète et “qu’elle n’est pas une religion du salut mais de la perte”.

Cela me fait penser au dernier livre de Régis Debray sur “les communions humaines”, où il montre - si je me rappelle bien - qu’en fait le phénomène religieux n’est guère spécifique, et que tout groupe humain a ses rites et ses croyances.

 

4-9-2005

Jésus, une vieillerie?

Catégorie: Approfondissement — Ph.L @ 14:51 Modifier

Bavardant au forum des associations de notre commune avec un homme qui dit s’être éloigné de l’église, je lui parle - comment est-ce venu, je ne sais plus - de Jésus et de l’exemple qu’il propose par la façon dont il a vécu.

C’est vraiment comme si je lui avais parlé de l’homme de Cro-magnon!
Il répond aussitôt quelque chose comme: “Oui mais ce qui m’intéresse c’est d’agir dans le monde aujourd’hui”.

Je découvre à cette occasion combien la structure mentale du chrétien - en tout cas de certains chrétiens comme moi! - est éloignée de celle de “l’homme de la rue”, pour lequel Jésus c’est une vieillerie, cela ne concerne pas notre vie d’aujourd’hui!

Cela fait réfléchir sur la façon d’annoncer notre foi!

C’est vrai que si un bouddhiste me disait “Agis comme Bouddha”, je le regarderais sans doute avec des yeux ronds… Cela ne voudrait rien dire pour moi!

 

3-9-2005

“Tout sur terre doit être ordonné à l’homme”

Catégorie: Approfondissement — Ph.L @ 18:49 Modifier

La phrase ci-dessus figure dans les textes officiels de Vatican II: dans la Constitution “Gaudium et Spes” (”L’Eglise dans le monde de ce temps”) au paragraphe 12.

“Tout sur terre doit être ordonné à l’homme comme à son centre et à son sommet”.

Dans le numéro du 2 septembre du “National Catholic Reporter“, le correspondant de ce journal à Rome, John Allen, rend compte d’une conversation qu’il a eue avec l’un des responsables de la Fraternité Saint Pie X (mouvement de Mgr Lefebvre).

“Il y a un certain nombre de points du Concile Vatican II avec lesquels nous ne sommes pas d’accord” dit ce responsable. Et il cite notamment la phrase ci-dessus, en ajoutant: “Le centre et le sommet, c’est Dieu”.

Intéressant en effet!

Comme quoi un Concile peut laisser passer des choses pour le moins discutables. Peut-être en 1965 voyait-on plus qu’aujourd’hui l’homme comme le roi de la création; depuis, on a peut-être acquis un peu de modestie. On peut noter aussi que ce fut la dernière Constitution adoptée par le Concile; signe peut-être de difficultés d’accord sur son contenu.

 

Powered by WordPress