Aimer, approches (blog)

25-1-2007

Foi et science

Catégorie: Généralités — Ph.L @ 21:16 Modifier

Je suis souvent gêné en lisant des réflexions sur les relations entre science et foi, car j’ai l’impression qu’il y a dans ces débats trop de science et pas assez de foi…

Il y a d’ailleurs une telle diversité dans la foi des chrétiens que je me demande si une réflexion commune entre eux sur “science et foi” a vraiment un sens!

Car hélas on trouve des chrétiens qui ne croient pas que le miracle est possible; qui ne croient pas que Dieu intervient dans l’histoire des hommes; qui disent que “Dieu ne parle pas”.
Ou à l’autre extrême, qui prennent la Bible pour un récit historique, sans tenir compte des mentalités.

Et en ce qui concerne la science, combien, même s’ils le savent, ne tiennent pas vraiment compte du fait que notre connaissance est limitée par nos sens et par notre milieu. Beaucoup font en quelque sorte trop confiance à la science, croyant qu’elle décrit ou tend à décrire complètement le monde, alors qu’elle n’en couvre, malgré ses résultats spectaculaires, que certains aspects particuliers; notre univers, avec son “big bang”, n’est peut-être qu’une toute petite partie du réel. Et les sciences humaines, auxquelles certains vont jusqu’à contester le statut de sciences, sont peut-être plus importantes pour l’avenir de l’humanité que toutes les autres recherches.

Combien aussi n’ont pas compris qu’il n’y a pas de certitudes véritables, mais seulement des convictions, des hypothèses.

Les chrétiens avec qui je pourrais parler de “science et foi” sont ceux:
- dont la foi est très forte, comme une quasi-certitude (il y en a heureusement beaucoup!)
- qui sont complètement convaincus que le monde de l’au-delà est présent en permanence autour de nous.
- qui pensent que la vie après la mort est une réalité pratiquement aussi certaine que notre vie actuelle.

Et parmi eux, il faudrait encore distinguer ceux qui, comme moi:
- centrent leur christianisme uniquement sur l’amour selon Jésus (jusqu’à la croix), et considèrent le reste comme presque secondaire (la liturgie, la ou les églises).
- considèrent la Bible, y compris le Nouveau Testament, comme la façon dont les hommes de l’antiquité ont compris le message de Dieu, ce qui ne veut pas dire qu’ils l’ont bien compris.
- pensent que des concepts comme par exemple “la Trinité” ou “la vision béatifique” ne doivent pas être “poussés trop loin”, par exemple parce que:
i. c’est Dieu et Dieu seul qui se révèle à nous, Jésus étant “ce que nous pouvons voir de lui sous la forme d’un homme”;
ii. après la mort il y a peut-être encore des enjeux de vie et de mort spirituelle.
(Sur ce qui précède voir notamment mon texte Approches.org).

Alors il me paraît possible de commencer à parler, entre personnes qui ont les mêmes perceptions, de science et de foi.
Mon texte Présentation du christianisme montre que l’on peut aborder la Révélation avec des concepts assez semblables à ceux de la science.

Et il reste alors une chose à faire, par rapport aux scientifiques non chrétiens: c’est d’expliquer le christianisme comme je le fais dans le texte “Présentation du Christianisme”….

Pour finir, quelques autres textes:
Sur “Convictions, certitude”, voir http://plestang.free.fr/certit.htm.
Sur le matérialisme, dont je me demande si ce n’est pas un faux problème, voir “A propos des neurosciences“. Je découvre d’ailleurs un texte de Bernard d’Espagnat qui va dans le même sens: “les physiciens reconnaissent tous que (les théories) ne font nullement intervenir la notion de ‘matière’, qui demeure insaisissable”.

Et une remarque complémentaire, faite par quelqu’un qui m’est cher: Les chrétiens qui s’intéressent à “Science et foi” veulent sans doute continuer à montrer qu’il y a un projet de Dieu, visible dans la nature; à “dédouaner Dieu”, qui est bon.
Ce n’est pas du tout mon approche. Je me contente d’essayer de distinguer, tant dans le monde que dans la foi, ce que nous savons et ce que nous ne savons pas. Et d’agir en fonction de l’amour.

 

Powered by WordPress