Aimer, approches (blog)

2-3-2005

Des millions d’années?

Catégorie: Ouvertures — Ph.L @ 11:39 Modifier

Echange de messages, après le Tsunami

Cher P.!
Merci pour votre message plein de bon sens qui rejoint tout à fait des questions que je me pose, et qu’il paraît sain de se poser! Et du coup je lui réponds aussitôt!

>Objet: “Une question saugrenue”
> Je suis préoccupé par une question qui me dérange et que je vais avoir beaucoup de mal à énoncer clairement:
> Sommes nous, nous les hommes, au beau milieu (otages!) d’une “guerre” entre Dieu et l’esprit du mal? A-t-Il estimé que nous puissions être d’un quelconque secours?
> L’Amour qu’Il nous porte et que Jésus nous a transmis est certainement “la solution”, mais quel gâchis! Deux mille ans après nous ne savons pas encore aimer! Il y a des exceptions, elles font la une des médias, mais moi, mon entourage, nous sommes tellement maladroits et pleins de contradictions!
> Alors pourquoi sommes nous “dans” cette galère? Il faudra, à ce rythme, des millions d’années! Bien sûr, pour Dieu, une seconde ou mille ans… En attendant la misère grandit, les guerres sont plus atroces et notre petite terre y met du sien pour noyer les enfants ou leurs parents! Que de misère Seigneur!
> Cet élan de solidarité, récemment déclenché, est-il Signe ? L’aide sera t elle de longue durée? Sans être pessimiste je vois bien qu’à la première bavure d’une ONG, au premier détournement d’un malin, il y aura repli sur notre confort!
> Ma logique humaine est bien courte certes, mais bien déroutée par ces éléments apparemment contradictoires!
> Devant mon clavier je me suis laissé emporter plus loin qu’une petite question “saugrenue”, mais j’envoie l’ensemble et serais heureux que vous ayez le temps d’y répondre. Merci!
> Et que le Seigneur nous éclaire!

Oui, quelle difficulté, et aussi, comme vous le dites, quel gâchis! Il m’arrive de pleurer en pensant que dès l’époque des Psaumes, un certain nombre de clefs spirituelles essentielles avaient été repérées, et que nous en sommes toujours aussi bas: que le christianisme (le judéo-christianisme) a si peu influencé apparemment l’histoire et le comportement des hommes, et des chrétiens en particulier; que nous sommes si loin d’un comportement évangélique.

Sur le site “Choisis d’aimer”, il y a le texte, assez long, d’une conférence du Père Duval-Arnould, qui est, en ce qui concerne le problème du mal, ce que je connais de meilleur: Jésus, explique le père Duval Arnould, ne nous a pas dit pourquoi il y a le mal; il nous a “seulement” donné la voie pour agir personnellement, pour avancer en ce qui nous concerne.

Pourquoi nous sommes dans cette situation: je retournerais volontiers le problème, en faisant exprès, un instant, d’oublier la révélation et de me contenter de voir le monde d’un point de vue purement humain (ou scientifique): il y a passage progressif, pour l’humanité, de l’animalité à un nouvel état, qui pour l’instant n’exclut nullement la violence; mais à l’échelle des millénaires, et si nous n’avons pas cassé notre terre avant, il y a peut-être, sinon “progrès”, du moins assurément évolution.

Comme je l’ai dit plus haut, ce que Jésus nous propose, c’est un chemin d’amour personnel; il ne nous dit pas pourquoi le monde est dans cet état. Cela dépasse peut-être complètement notre compréhension.

Deux hypothèses majeures viennent à l’esprit:
- soit en effet, comme vous le dites, il y a un combat supérieur; nous sommes dans une barque, sur des flots agités par des puissances qui se combattent. Il est important alors de noter que Dieu ne se montre pas le “tout puissant”, expression qui passe mal à notre époque, mais le “très bas” (Christian Bobin), le tout amour, qui meurt avec nous.
- soit il s’agit “simplement” d’une loi de croissance, qui fait passer le monde de la matière vers le spirituel, avec tous les soubresauts qui accompagnent ce passage; et ce n’est qu’après la mort que nous comprendrons le sens des souffrances et des malheurs. L’homme moderne se révolte volontiers contre cette hypothèse. Je reconnais qu’elle est un peu courte, et que jamais il n’est possible de la présenter à quelqu’un qui souffre!

Donc ce qu’il en est du monde, nous ne pouvons le dire; mais pour chacun de nous, Jésus ouvre une voie d’amour et de paix intérieure, et c’est “quand même” fondamental! La croissance intérieure du royaume en nous n’a pas de limites, nous pouvons rayonner de louange et de charité; vivre confiants parce que l’amour de Dieu est devenu une réalité dans notre vie. Et, comme le dit Jésus à Pierre dans le dernier chapitre de l’évangile de Jean, accepter que Jésus nous dise: “Que t’importe! Toi, suis-moi!”, c’est à dire: “en ce qui te concerne, vis selon mon amour, et ne cherche pas à tout comprendre”.

Il faudra, dites-vous, des millions d’années: personnellement je ne vois pas l’histoire de la terre comme devant se prolonger forcément longtemps: je la vois un peu comme une planète quelconque dans une galaxie quelconque, qui mourra d’une mort banale (ou par suite d’une guerre) dans n années (n compris entre, mettons, 50 et 500 000…). Elle mourra comme chacun de nous meurt. Je ne crois pas du tout - en tout cas je ne base pas du tout ma réflexion - sur l’hypothèse optimiste d’une montée vers le royaume *sur terre*: il y a là je crains un malentendu, une continuation de l’espérance - erronée - de l’ancien peuple juif: “Est-ce maintenant que tu vas rétablir le royaume?”. Teilhard était me semble-t-il dans cette ligne, qui me paraît fort hasardeuse.

Mais l’existence continue après la mort: c’est une des idées force que nous apporte le “fait Jésus”. Et dès lors, comme nous savons très peu, voire rien du tout, sur cet au-delà, il faut se contenter de vivre (d’essayer de vivre) comme Jésus nous le propose: dans la louange et la charité…

Dites-moi ce que vous en pensez; ou bien, ce qui serait encore mieux, venez nous rejoindre, sans aucun engagement, sur “Echanges Chrétiens sur le Net”, qui est bien le lieu où, à quelques dizaines de chrétiens, nous échangeons sur des sujets comme celui là!

Au plaisir de vous lire,

Fraternellement en Christ

Philippe L

 

0 commentaire

Pas de commentaires actuellement.

Fil RSS pour les commentaires sur ce billet.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Powered by WordPress