Forum Approches Index du Forum Forum Approches
Forum du site Approches.org
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Corps, quand il devient médium du sacré

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Approches Index du Forum -> Vie chrétienne, communautés
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Amigo



Inscrit le: 01 Fév 2006
Messages: 97

MessagePosté le: Mer Aoû 16, 2006 10:55    Sujet du message: Le Corps, quand il devient médium du sacré Répondre en citant

LE CORPS QUAND IL DEVIENT MÉDIUM DU SACRÉ

... La cérémonie du Baptême des catéchumènes va se terminer. Dehors la foule des chrétiens anciennement baptisés, attend patiemment et silencieusement. Tout à coup un bruit formidable se déchaîne, semblable à celui d'un ouragan qui s'abattrait sur la terre. Il coupe net le profond silence de la grande cérémonie qui s'achève. Ce sont les nouveaux baptisés qui se laissent aller, sans aucune retenue, aux émotions si longtemps maîtrisées. On dirait un barrage qui cède sous la poussée irrésistible des eaux ...
Les jeunes-filles d'abord se ruent vers la sortie de la chapelle. Elles bondissent par-dessus les banquettes, crient, gesticulent, s'engouffrent dans l'inextricable mêlée qu'elles provoquent, glissent leurs jeunes corps souples qui s'entrechoquent, dans l'étranglement de l'étroit passage de la porte de la chapelle, se libèrent une à une de ce magma de chair et de pagnes qui se dénouent, et foncent haletantes vers l'air libre de la cour.
“Èèèh meni, ... , mwana Nzaambi ! Ah, moi, ... enfant de Dieu ! “ crient-elles. Leurs bouches poussent toutes le même cri, en intercalant chacune leur nom de baptême. Comme dans un genre d'extase, leurs regards ivres, comme attirés par quelque apparition lumineuse sur un horizon invisible, planent au-dessus de la foule. Elles sont, dirait-on, insensibles à l'enthousiasme des gens qui les acclament frénétiquement. Elles se ruent tout droit vers les abords du chemin qui passe à une trentaine de mètres de l'édifice, certaines traînant derrière elles le tissus qui s'est dénoué dans la cohue, et qui flotte dans le courant d'air que leur course folle a créé. “Ah, moi enfant de Dieu ! .... Les «Èèèh» prolongés s'échappent de leurs gorges étranglées comme sous une énorme pression. Les cris aigus les soulèvent toutes entières, puis elles retombent en se tordant et finissent leurs exclamations sur une courte rafale de mots rapides et précipités, une tierce plus bas, pendant qu'elle glissent à ras de terre en se tordant encore, les ventres rentrés, les seins relevés, les genoux repliés... Leurs hanches trémoussent; le piétinement de leurs semelles fait voltiger la poussière ...
Les jeunes mamans suivent aussitôt dans leurs sillage, donnant, elles aussi, sans réserve libre cours à leurs émotions et leur joie débordante. Seulement leurs voix sont plus fermes, leurs mouvements moins frénétiques et plus coordonnés. Installés sur leurs dos ou sur leurs hanches qui ondulent, leurs petits, comme de jeunes marins, heureux et étonnés du tangage et du roulis que leurs mamans en fête impriment à leurs petits corps, dodelinent doucement, docilement de la tête. Qu'y a-t-il de plus beau que de danser ainsi avant même de savoir marcher?
À leur tour les vieilles femmes baptisées glapissent leurs sentiments sur la même mélodie, les yeux noyés dans l'allégresse. Elles sont comme perdues dans cette immense fraîcheur à laquelle leurs corps usés ne sont plus habitués. Elles trépignent des bras et des pieds. Elles lèvent leurs têtes aux cheveux blancs et cherchent dans un mouvement lent et insistant la caresse de Dieu, le Père Tout-Puissant, qui a refait en elles leur jeunesse. Partant de leurs yeux, leurs rides mettent le sourire sur leurs corps ratatinés, sur leurs seins flétris, sur leurs côtes décharnées, et accentuent l'expression d'une joie indicible ...
Maintenant les quelques femmes enceintes quittent la chapelle une à une, baignées dans le recueillement. Leur démarche lente est imprégnée de dignité; elles avancent avec d'infinies précautions. L'union avec Dieu, le Père Tout-Puissant, qui a mis en elles sa propre vie, s'impose avec évidence. Cette vie les inonde. Elle va bientôt déborder de leur corps... Quel prêtre très Saint pourrait porter l'Eucharistie avec plus de respect ? ... Elles ont les yeux radieux baissés et les mains jointes sur leur ventre plein et lisse.
Le respect de la foule, qui forme une haie d'honneur autour d'elles est tangible. Tous reculent pour leur laisser un très large passage, et le silence se fait progressivement sur le fond des cris et des biololos qui continuent de monter du fond de la cour.
Peut-on être témoin de choses aussi fortes et y participer, sans en être secoué jusque dans ses fondations, sans être ébranlé par la conscience de la richesse du don et la pauvreté des moyens humains pour les recevoir ? Je me demande quel maître en psychologie a pu fixer, avec une sagesse et un doigté aussi subtiles, les règles qui régissent toutes les rencontres Yaka ?... Cette réception n'est possible que si elle est soutenue par une communauté vivante et très soudée.
Y revenant en esprit après tant d'années, je reste littéralement bouleversé par l'exubérance et le recueillement de cette fête de la vie d'il y a environ 45 ans. La femme en était le centre et Dieu le Créateur. Des mots comme « érotisme » ou « jouissance » utilisés ici deviendraient presque sacrilèges, parce qu'ils ne rendent pas compte de la source profonde où ces sentiments prennent leur origine. La plupart du temps ces mots sont utilisés pour le jeu de corps vidés de leur esprit.
Et il ne me reste maintenant que cette réflexion qui glisse insensiblement vers la prière : “Oh, nature africaine, pour moi tu es toujours allée jusqu'à la limite du supportable, mais tu m'as révélé la vie plus forte que la mort ! ... Oh, sagesse des ancêtres, des hommes !, qui a su façonner la Société Yaka en accord avec la nature qui l'entoure ! ... Oh, Dieu, Père Tout-Puissant, Tu es infiniment grand mais très humain avec tes enfants ! ...

Amigo
_________________
J'aime les échanges interreligieux, internationaux, interculturels. Un chrétien triste est un triste chrétien !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Approches Index du Forum -> Vie chrétienne, communautés Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com