Forum Approches Index du Forum Forum Approches
Forum du site Approches.org
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La gratitude
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Approches Index du Forum -> Convictions chrétiennes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Maya



Inscrit le: 03 Avr 2005
Messages: 195
Localisation: Piémont des Pyrénées

MessagePosté le: Jeu Juin 22, 2006 11:08    Sujet du message: Répondre en citant

Comme tout parent, j'ai posé des règles qui permettaient de régir la vie sociale, en famille pour commencer.
La liberté des uns s'arrête où commence la liberté de l'autre. Et je crois que nous ne respectons pas toujours l'amour de l'autre, non par volonté de faire du mal, mais par ignorance, par inconscience.
S'aimer les uns les autres, c'est bien, c'est l'idéal, mais nous ne sommes que des humains imparfaits et ignorants.
D'ailleurs, ça aussi ça a fait partie de mes culpabilités : maintenant que je sais un peu plus, que je comprends un peu plus, je vois le mal que j'ai pu faire autour de moi et n'en suis pas fière. La culpabilité disparaît peu à peu, et je remercie pour l'expérience que ces erreurs m'ont donnée et qui me sert, mais je ne peux pas être satisfaite du mal qu'elles ont fait...

Quant aux images de la Bible, car je suis persuadée que ce sont des images qui ont permis à des hommes de traduire, plus ou moins bien, ce qui leur était inspiré, j'avoue qu'elles ne me tracassent pas. Mais je te comprends, Reb, et je trouve très utiles des reflexions comme la tienne, qui permettent justement à d'autres de ne pas prendre la parole à la lettre.
Et tu as raison, je peux remercier que mon instinct de survie m'ait permis de passer outre à la traduction que l'on m'en faisait.

PS : peut-être que ce nous est un nous de majesté ? Il est bien dit ailleurs : faisons l'homme à notre image... ou peut-être est-ce la Trinité ? et au fond, est-ce si important ? sauf si certains utilisent cela pour en faire des déductions à leur usage ...
_________________
S'aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre
C'est regarder ensemble dans la même direction (Saint-Exupéry)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Rebecca



Inscrit le: 18 Avr 2005
Messages: 145
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu Juin 22, 2006 23:04    Sujet du message: Répondre en citant

Cannelle a écrit:
Une question: comment passer du futur "tu aimeras" au présent, parce que je vis dans le présent (et le passé)...


C'est peut-être formulé ainsi parce que c'est un objectif. En attendant, pour atteindre un objectif dans le futur, surtout quand il est exigent, c'est maintenant que ça commence...

Christian a écrit:
La culpabilité est un sentiment qui nous arrive lorsque nous réalisons que nous avons déroger à une régle.


Je ne sais pas, il me semble que c'est un peu plus compliqué que ça. J'ai fini par comprendre dernièrement que, depuis que je suis sortie de milieux chrétiens toxiques, je culpabilisais de ne pas en faire plus pour aider d'autres personnes à en sortir. Mais pour le peu que j'ai essayé, j'ai ramassé des coups, parce que la prise de conscience d'être en train de vivre dans une secte, elle ne peut pas venir de l'extérieur. Dans ce cas, elle est où la règle qui me culpabilisait ? Peut-être y'en a-t-il une, mais je ne la vois pas.

En attendant, pour suivre le "conseil" que j'ai donné à Maya, j'ai commencé à remplacer petit à petit la culpabilité de ne pas aider les autres à en sortir par la gratitude de moi, avoir eu les couilles de me barrer, d'en être sortie, et d'avoir rencontré des gens compétents pour recoller les pots cassés. Je ne peux m'empêcher d'être triste pour les amis que j'ai laissés derrière moi, surtout les quelques personnes que j'ai amenée moi-même dans ce guépier Confused Embarassed Crying or Very sad

D'ailleurs, je me demande jusqu'où l'avalanche de règles imposées dans ces milieux ne sert pas à s'occuper d'autre chose que de l'essentiel : l'amour. Parce qu'à pinailler sur les centimes de la dime ou les moments de la journée où il faut lire la bible, les marques de biscuits qu'on osait manger, j'en passe et des pires, et c'est à celui qui aurait l'air le plus spirituel (à noter que dans ces milieux on fustige vivement le culte de l'apparence, no comment). Pendant ce temps, personne ne s'occupait de la veuve et de l'orphelin, façon de parler. Et il suffisait au pire des tordus de parler en langue pour être au dessus de tout soupçon.

Quand au lien de Cannelle, je suis allée voir.

Blog de Cannelle a écrit:
On obéit à l'autre quand il existe une relation de confiance. L'obéissance devient un moyen de concrétiser une relation d'amour...


Cette interprétation colle parfaitement avec le texte. J'avais pensé à un moment donné que la question de la confiance allait apparaître avec la règle et l'obéissance, ça pose la question de la soumission et de la responsabilité. A mon sens, être obéissant, c'est renoncer à sa jugeotte, et c'est la porte ouverte à tous les dérapage.

Pour ma part, je n'arrive pas à mettre un lien de nécessité entre une relation d'amour et de confiance, et le respect des règles. De même, je ne comprend pas à quoi sert la distance entre les générations, à part à créer de l'incompréhension et du chrono-racisme, je ne vois pas non plus en quoi des relations chaleureuses risquerait de glisser dans l'inceste ou la fusion. C'est une vraie curiosité pour moi, mais alors, je suis vraiment intéressée à savoir comment ça fonctionne...
_________________
Amitié,
Reb

"La pratique est la forme la plus aboutie de la théorie" Indiens d'amazonie
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Christian



Inscrit le: 30 Mai 2006
Messages: 18
Localisation: Auvergne France

MessagePosté le: Sam Juin 24, 2006 21:57    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir à tous

Rebecca a écrit:
Rebecca a écrit:


Ma première hypothèse, c'est qu'une règle, ça devrait servir à s'épanouir.
Dans ce cas le parent donne une règle qui permet à l'enfant de s'épanouir, si l'enfant l'enfreint, il ne se fait du otrt qu'à lui-même et il en subit les conséquences. Mais à mon sens, si le parent a des raisons de pardonner l'enfant, c'est qu'il fait des règles qui lui servent à se protéger lui-même et non à protéger l'enfant.

Si je suis l'enfant, que j'enfreint une règle, et que la seule conséquence, c'est que mon parent est mécontent que je lui ais désobéit, alors ce n'est pas une règle, c'est une exigence qui a pour seul but de soigner l'image que le parent a de lui-même : regardez comme mon enfant est bien élevé ! Mais pour l'enfant, c'est une prison de conformité. Pour ma part, je pense qu'être obéissant, ça ne peut pas être un objectif de vie pour un humain.

Je pense aussi qu'une seule règle suffit, peut-être assortie d'une deuxième : tu aimeras ton prochain comme toi-même, et d'abord ne pas nuire.

(émission sur ma compagnie de théâtre préférée, je reviens plus tard...)



Pourquoi des règles sont-elles fixées?
(Bien sûr, il y a règle et règle)

Pourquoi Dieu fixe t-il des régles, comme nos parents d'ailleurs:
- Pour être mécontent et punir,
ou
- Par amour?

Dieu est-il mécontent de voir que les hommes désobéissent aux régles qu'Il a fixé ou pourquoi ne serait-il pas triste?
_________________
Celui qui prend garde ( ou s'applique ) à la Parole trouvera le bien, et qui se confie en l'Eternel est bienheureux. Proverbes 16/20.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Amigo



Inscrit le: 01 Fév 2006
Messages: 97

MessagePosté le: Lun Juin 26, 2006 10:37    Sujet du message: la gratitude Répondre en citant

Bonjour à toutes et à tous,

Je m'embrouille un peu dans toutes les choses intéressantes que vous dites les uns et les autres. Je retiens surtout que tout ce qui culpabilise est improductif, anti-chrétien. Notre curé disait hier dans son sermon -c'est la seul phrase que j'ai retenu- : “La peur n'est pas chrétienne”.

Je dirais aussi qu' il faut interprêter les paroles, p. ex. celles de la Genèse, et ne pas les prendre à la lettre. C'était un récit de temps très reculés, qu'il faut traduire dans notre language d'aujourd'hui. Seulement après avoir fait cela, et on n'en est pas toujours capable, on peut en faire, si c'est son choix, une règle de vie.

J'apporte une autre réflexion qui a affaire avec la discussion ; pour aimer les autres, il faut commencer par s'aimer soi-même -cela n'a rien à voir avec l'amour-propre qui est à condamner, mais tout le monde en a une couche-. “Aime ton prochain comme toi-même” (parole de Jésus) n'est justifié que si on s'aime vraiment, si on s'apprécie avec ses qualités et ses défauts.

Encore une réflexion : Vouloir être parfait est courir après des chimères. C'est peut-être aussi un peu cela l'interprétation de cet arbre dont il ne fallait pas manger les fruit, la tentation de se prendre pour Dieu. Même les Saints n'étaient pas saints parce qu'ils étaient parfgaits, mais parce qu'ils aimaieent vraiment.

Ces jours-ci je tombe sur un texte d'Enzo Bianchi, le fondateur d'une communauté monastique comprenant des membres protestants, catholiques et orthodoxes.. Le titre en est : « Exerce-toi au discernement » et le sous-titre : « Le Christ ne te demande jamais autre chose que de devenir libre et capable d'aimer ». Je ne peux malheureusement copier tout l'article.

Enzo Bianchi s'adresse à un de ses correspondants spirituels. Je te cite seulement quelques petits extraits : ... “Lorsqu'on est jeune comme toi, cette capacité de t'interroger sur toi-même et sur les rapports avec les autres pourra te sembler difficile... N'aie pas peur de découvrir des pans obscurs et énigmatiques en toi, tes limites et fragilités, au plan affectif, moral, psychologique etc... Tout cela, avec les richesses et les dons que tu possèdes, avec les blessures qui t'habitent, loin de représenter des obstacles à une existence épanouie, se révèlent avec les années (nos années, non ?, note d'Amigo) d'une grande richesse. .. Ce travail que je te demande de faire n'a qu'un but, te conduire à l'acquisition de la liberté, du vrai amour de toi, qui est le contraire de l'amour propre ce grand danger spirituel ! Ce vrai amour de toi sera le tremplin de l'amour des autres par la liberté que tu auras acquise .... Jésus nous a voulu des humains vivants et libres pour pouvoir lui dire de tout coeur et en vérité : « Seigneur, je T'aime... « et à vivre avec sa grâce, dans le vrai amour des autres ...” Instructif, non ?

Amigo
_________________
J'aime les échanges interreligieux, internationaux, interculturels. Un chrétien triste est un triste chrétien !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Maya



Inscrit le: 03 Avr 2005
Messages: 195
Localisation: Piémont des Pyrénées

MessagePosté le: Lun Juin 26, 2006 12:17    Sujet du message: Répondre en citant

Merci, amigo.
J'apprécie beaucoup et ton post et cet extrait...
_________________
S'aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre
C'est regarder ensemble dans la même direction (Saint-Exupéry)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Rebecca



Inscrit le: 18 Avr 2005
Messages: 145
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer Juil 12, 2006 13:02    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,

Nous avons commencé avec la question de remplacer la culpabilité par la gratitude. La culpabilité est reliée à beaucoup de choses : à la règle, à la transgression, à la punition, à la réparation, au pardon, à la confiance, au fait de bien vivre ensemble, au fait de s'épanouir, à l'obéissance, à la soumission. Bilan de la discussion: bien plus de questions posées que de questions trouvées Idea et ça va pas s'améliorer Arrow

Et la gratitude ? A quoi est-elle reliée ?

J'ai pensé tout d'abord à l'acceptation, en effet, comment être reconnaissant si l'on accepte par d'abord que les choses sont ce qu'elles sont.

Le problème avec la gratitude et l'acceptation, c'est de trouver un juste équilibre entre accepter ce qui est et faire le nécessaire pour changer ce qui est négatif ou désagréable. Ne pas, comme disait Amigo, courrir après des chimères, mais aussi, ne pas sombrer dans le masochisme.
_________________
Amitié,
Reb

"La pratique est la forme la plus aboutie de la théorie" Indiens d'amazonie
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Aflofol
Invité





MessagePosté le: Jeu Juil 13, 2006 20:36    Sujet du message: Répondre en citant

Rebecca a écrit:
Et la gratitude ? A quoi est-elle reliée ?

Au fait d'être vivant.
Revenir en haut
Maya



Inscrit le: 03 Avr 2005
Messages: 195
Localisation: Piémont des Pyrénées

MessagePosté le: Jeu Juil 13, 2006 21:02    Sujet du message: Répondre en citant

La gratitude, ce n'est pas dire merci à tout !
C'est savoir reconnaître ce qui m'a apporté du bon, même si ce n'est qu'en mon for intérieur.
en ce sens, je peux trouver une part de bon même dans mes épreuves : pour moi, par exemple, elles m'ont permis de comprendre des choses que j'aurais ignorées autrement, et que je peux faire partager.
_________________
S'aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre
C'est regarder ensemble dans la même direction (Saint-Exupéry)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Cannelle



Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 124
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Sam Juil 15, 2006 14:08    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

je risque de faire dévier le débat, mais certes il y a la gratitude, et ce n'est souvent que dans un deuxième temps que l'on peut rendre grâce pour certains évènements, mais il y a surtout le contraire de gratitude, je veux dire l'ingratitude.

Etre un "ingrat" "un nain gras" Very Happy c'est ne pas reconnaître ce qui a été donné. Or bien souvent il y a en nous la petite phrase: pourquoi dire merci, je n'ai rien demandé, ce n'est pas cela que je désirais.Et la gratitude se transforme en colère, même si on ne sait pas toujours le reconnaître.

Et du coup la culpabilité naît car le donateur qui ne se sent pas reconnu- et qui pense être bafoué,- s'arrange pour le faire savoir haut et fort: "après tout ce que j'ai fait pour toi, ne devrais tu pas..."(une phrase de parent).

Et curieusement la culpabilité n'est pas du côté de celui qui donne parfois à contre temps (et qui se fait aussi plaisir à lui, même s'il croit se sacrifier pour le bien de cet autre qu'il considère un peu comme son objet), mais de celui qui a reçu ce qu'il n'a pas demandé.

Il faut souvent beaucoup de temps pour reconnaitre la petite pépite d'amour, la dégager de sa gangue et entrer dans la gratitude.

Et beaucoup de temps pour savoir que l'on n'est pas ingrat, un sans coeur, un méchant, mais un qui attend que l'on entende sa parole et sa demande.

Cannelle
_________________
Mt 10/8 "Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Approches Index du Forum -> Convictions chrétiennes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com