Forum Approches Index du Forum Forum Approches
Forum du site Approches.org
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Souvenirs, souvenirs ! (suite et fin provisoire)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Approches Index du Forum -> Vie chrétienne, communautés
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Amigo



Inscrit le: 01 Fév 2006
Messages: 97

MessagePosté le: Dim Mar 26, 2006 19:23    Sujet du message: Souvenirs, souvenirs ! (suite et fin provisoire) Répondre en citant

Kimbau (prononcez Kim'baou). Mon premier jour comme catéchiste dans une toute petite Mission en pleine brousse, pas loin de la frontière angolaise. La porte de ma pièce unique est, comme toujours et partout où je suis passé, grande ouverte. 6 – 7 jeunes-filles, futures catéchumènes Yaka, arrivent, excitées comme des gazelles, toutes curieuses, pour voir à quoi ressemble leur nouveau ¨pfumu maloongi¨ (catéchiste). Pas de protocole, pas d´entrée en matière, sauf un joyeux ¨mbooti, Pfumu¨, (¨bonjour, chef !) (terme teinté d'affection et de repect), et tout de suite elles m´entourent en se bousculant, pour me regarder de près, papotant joyeusement et se lançant des regards admiratifs et amusés qui découvrent le blanc de leurs yeux. Elles doivent me trouver à leur goût, car elles continuent de se regarder en riant, en papotant entre elles et en écarquillant continuellement leurs yeux après m´avoir dévisagé les unes après les autres de tout près.
Cet événement m´avait fortement impressionné à l´époque et est resté définitivement gravé dans ma mémoire. Dire toutes les raisons de cette impression très intense et justifier la portée de ce fait divers lointain m´a toujours paru bien compliqué, mais son importance me paraissait d´emblée tellement évidente que j´ai toujours secrètement désiré le mettre un jour sous des mots. Mais j´ai aussi toujours douté que j´en sois capable. Essayons toujours. Si vous ne le ressentez pas avec moi, c'est que je n'ai pas réussi à vous le transmettre correctement.
Il se dégageait de ces jeunes-filles de la brousse d´abord une impression de profonde unité, comme seul un destin commun clairement perçu peut la créer. Cela m´a paru, dans ce cas précis plus que dans tout ce que j´ai vécu en Afrique, trancher de façon merveilleuse avec l´individualisme qui règne dans notre Société Occidentale. Je voyais ce que j´ai vécu ce jour-là, pour tout dire, comme la réalisation parfaite de l´unité que Dieu a dû viser en créant l´homme esprit corporel, ç.à.d. capable de communication à cause de son corps. J´aurais vraiment aimé partager cette expérience avec quelqu´un pour m´assurer que je ne rêvais pas. Je me rappelle avoir été conscient sur le moment, en voyant leur gaieté si simple, que ces jeunes-filles appartenaient pourtant à un monde difficile dans lequel elles participaient, plus que les garçons de leur âge aux tâches dures que la communauté impose aux femmes.
Ensuite il y avait une proximité étonnante, une familiarité incroyable avec leurs propre corps, individuellement, et par rapport aux corps de leurs compagnes, et j´ose dire avec le mien. C'était précisément cette familiarité qui créait cette aisance des mouvements et des regards et finalement leur étonnant pouvoir de communication. Oui, avec leurs formes gracieuses, elles ressemblaient à une harde de gazelles, mais avec cette expression de noblesse à l'état brut en plus, qui les distinguait nettement de ces animaux pourtant si beaux. Ces jeunes-filles vivaient de toute évidence très intensément le présent et en jouissaient profondément. Elles faisaient parfaitement ¨corps¨ avec leur monde.
Un autre aspect à souligner, me semble-t-il, était la simplicité et la transparence de ces jeunes créatures. J'insiste là-dessus. Les femmes “dites” primitives ne véhiculent pas nos ambitions, nos jalousies et nos calculs. Elles sont parfaitement ajustées et rôdées aux tâches multiples qui leurs sont imparties, dont la maternité et l'éducation des enfants, et cela les comble parfaitement. Elles sont moins compliquées et plus gaies que leurs homologues hommes.
J´avoue aussi me rappeler que ce n´était pas désagréable du tout d´être entouré de toutes ces jeunes-filles si spontanées et naturelles dont la peau nue me frôlait de si près. Je leur aurais donné entre 13 – 15, jusqu'à peut-être 16 - 17 ans, à en juger d´après le développement de leur féminité, car en guise de vêtement toutes ne portaient qu´un petit cache-sexe, un minuscule bout de tissus tenu par une petite ficelle de raphia autour des hanches. Une odeur piquante et pas désagréable, mélange de fumée de feu de bois et de légère transpiration m´enveloppait. C'est typique dans la tribu Yaka.
Je ressentais leur grande agitation, très gentille et très sauvage, en même temps que respectueuse, comme un bienfait immense auquel rien ne m´avait préparé et que je n´avais certainement pas mérité plus qu´un autre.
Je vous l'ai dit : à cette époque lointaine, je n'ai pas su mettre sous des mots tout ce que j'avais ressenti lors de cette rencontre. Est-ce que je sais le faire davantage maintenant ? En tout cas je le ressens comme un immense privilège de l'avoir vécu dans une sorte d'authentique échange d'amour très physique, mais sans le moindre relent malsain.
D'avoir pu vivre cette expérience m'a fait progressivement prendre conscience de la finesse de la sexualité féminine, de sa noblesse, quand elle est instrument de communication et de pacification pour l'homme. Et j'aimerais tant que tous les humains, hommes et femmes confondus, aient eu, d'une façon ou d'une autre, l'occasion d'expérimenter par eux-mêmes au moins une fois dans leur vie, quelle magnifique cadeau divin leur est fait dans la sexualité humaine. Ils verraient qu'il est possible de s'approcher entre hommes et femmes dans le respect et l'admiration mutuels ; que la sexualité n'est pas d'abord synonyme de génitalité, mais surtout un formidable moyen d'unification dans la différence.

Amùigo Smile Smile Smile
_________________
J'aime les échanges interreligieux, internationaux, interculturels. Un chrétien triste est un triste chrétien !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Approches Index du Forum -> Vie chrétienne, communautés Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com