Approches. Pour un christianisme ouvert.


"Dieu" ou êtres supérieurs: généralités

 

Ce qu'on met sous le mot "Dieu"

Usages habituels du concept de "Dieu"

Beaucoup d’hommes et de femmes, notamment dans les pays où le christianisme ou l’Islam sont répandus, utilisent le mot “Dieu” pour désigner un être supérieur, auquel on peut s’adresser dans la prière, et qui est le créateur de notre univers.

Il existe aussi des conceptions plus intellectuelles de Dieu: comme d’un être hypothétique, ou en tout cas lointain, et qui ne paraît pas intervenir dans l’histoire des hommes.

On notera que le concept de “Dieu” ne semble pas utilisé, ou pas sous cette forme, par d’autres cultures ou religions: soit qu’elles soient polythéistes, soit que l’existence d’entités “au-delà” ne soit pas évoquée ou le soit sous une forme assez abstraite.

Voir la page courante
9   •     Commentaires (0)

Le concept de Dieu dans cette présentation

Disons-le immédiatemment: dans cette présentation du christianisme, le concept de Dieu ne sera utilisé en quelque sorte que “faute de mieux” et par défaut.

Le moment n’est pas venu, en ce début d’introduction, d’expliciter davantage le point de vue qui sera suivi.

Notons simplement que ce qui vient d’être dit dans le paragraphe précédent concerne ce que les hommes disent en général de Dieu, et pas exactement ce qui sera proposé ici.

Voir la page courante
10   •     Commentaires (0)

 

"Dieu" est possible

L'existence d'entités supérieures n'est pas impossible

L’athée peut dire qu’il ne “croit” pas (c’est Comte-Sponville qui emploie ce verbe) à l’existence d’un Dieu bon, intervenant dans l’histoire des hommes.

Mais il n’est pas possible logiquement d’affirmer qu’aucune entité ou ensemble d’entités, supérieure(s) à l’homme, n’existe: tout en lui étant éventuellement indifférent, c’est à dire sans s’occuper de lui le moins du monde.

Comment nous, chétives créatures d’une toute petite banlieue de l’univers, pourrions-nous affirmer que nous savons tout de celui-ci?

Nous faisons partie de l’univers (de l’univers que nous percevons ou nous représentons par la science); nous ne pouvons pas, par nature, le voir “de l’extérieur” et affirmer le comprendre entièrement.

Comment serait-il possible de “démontrer” qu’il n’existe pas d’êtres supérieurs à nous?

L’existence d’entités supérieures est donc tout à fait possible.

Voir la page courante
12   •     Commentaires (0)

 

L'existence d'entités supérieures est vraisemblable

Une hypothèse assez naturelle

L’hypothèse de l’existence d’entités supérieures à l’homme est relativement naturelle.

L’hypothèse inverse est moins imaginable. Pourquoi et comment serions nous le sommet d’une création dont les lois résulteraient du pur hasard?

Que des résultats aussi magnifiques qu’une aile de papillon, ou aussi complexes que le cerveau d’un homme, résultent du pur hasard, est aussi peu probable que de créer une oeuvre littéraire majeure en appuyant au hasard sur les touches d’un clavier. Et s’il y a des “lois” de développement de l’univers, il reste à se demander pourquoi il y a ces lois!

Supposer qu’il existe une ou des intelligences supérieures à l’homme est assez logique.

Voir la page courante
14   •     Commentaires (0)

 

"Dieu" peut choisir de se révéler à l'homme

Il est possible que des êtres supérieurs se révèlent

Si donc il existe un ou des êtres supérieurs à l’homme, ce qui paraît fort possible (l’hypothèse inverse, comme on vient de le voir, étant plus difficile à imaginer), il reste à voir si ce ou ces êtres pourraient choisir de se révéler à l’homme, ou au contraire de ne pas se révéler.

Cette fois il faut bien l’admettre, les deux hypothèses sont possibles.

Si par exemple notre existence sur la terre, dans notre univers, est en quelque sorte une expérience créée par des êtres supérieurs, ils pourraient très bien choisir de ne se révéler en rien à nous.

Mais l’hypothèse inverse est également envisageable: un ou des êtres supérieurs à l’homme pourraient choisir d’entrer en dialogue avec nous.

Pourrions-nous comprendre une communication venant de ces êtres? Cela supposerait bien sûr qu’ils s’expriment d’une façon adaptée à nous…

Pourquoi cela leur serait-il impossible?

Voir la page courante
16   •     Commentaires (0)