Approches. Pour un christianisme ouvert.


Les hommes tels qu'ils sont

Introduction

Le christianisme, ce n’est pas seulement une conviction concernant un être supérieur appelé Dieu.

C’est tout autant une attitude intérieure et extérieure.

Et il est bon de commencer par constater ce que nous sommes en tant qu’hommes, et quelles sont nos faiblesses, nos limites.

Ceci à la fois pour bien voir “d’où nous partons"- ce à travers quoi et malgré quoi le christianisme nous propose d’aller vers la sainteté - , et aussi pour avoir conscience des limites de nos capacités à percevoir les éventuels messages venant de l’au-delà.

Voir la page courante
18   •     Commentaires (0)

Une vision des choses partielle et déformée

Notre vision de nous-mêmes et du réel qui nous entoure est inévitablement partielle, et colorée par nos affects et notre personnalité.

Chacun de nous a en quelque sorte des “lunettes” avec lesquelles il voit le monde; en réalité certains aspects du monde seulement, et déformés.

Nous nous cachons certains aspects des choses. Nous avons nos priorités, et nos refus.

Dire cela n’est pas avoir une vision pessimiste de l’homme: c’est constater une réalité dont il est bon d’avoir conscience.
Un des auteurs qui ont bien mis en évidence ces faiblesses de l’attitude humaine est Alfred Van Vogt dans son livre “Le monde des Non A”. Pour lui:
“L’homme abstrait un certain savoir des événements et accorde à ce savoir un certain crédit; mais il risque d’en venir à prendre cette partie (qu’il connaît) pour le tout.”
(voir http://plestang.free.fr/monde.htm)

Cela concerne à la fois notre sensibilité et notre esprit.

Pour chacun de nous il y a des concepts, des hypothèses, que nous pouvons concevoir et admettre, et d’autres qui nous sont complètement étrangers, alors même qu’ils sont éventuellement naturels et familiers pour d’autres hommes!

Et il nous arrive souvent de raisonner de façon erronée…

Voir la page courante
23   •     Commentaires (0)

Centrés sur nous-mêmes

Il est inévitable, normal, que chaque individu soit centré sur lui-même. Mais c’est en même temps une limitation.
Il ne s’agit pas ici de comportements qui seraient “fautifs” ou “coupables”, mais de ce que chacun est, et fait, à chaque instant.

Nous occupons nécessairement un certain espace; nous agissons en fonction de notre intérêt, de nos objectifs; même si ceux-ci tiennent compte des autres, ils restent inévitablement limités, imparfaits.

Voir la page courante
35   •     Commentaires (0)

L'ouverture à la relation

Chacun de nous est plus ou moins ouvert aux relations avec les autres.
Une vraie relation avec l’autre suppose, comme l’ont montré des psychologues comme Jacques Salomé, une compréhension de ce que nous sommes nous-mêmes, un respect de ce qu’est l’autre, et une capacité à la fois d’être indépendant de lui et d’entrer dans un vrai dialogue.

L’ouverture à la relation est un travail de toute une vie.

Il y a un lien entre la capacité d’ouverture que nous développons et les deux points évoqués précédemment: notre vision du monde, et notre capacité de réduire notre centrage sur nous-mêmes.

Ce lien fonctionne dans les deux sens:
Nous ne pouvons véritablement nous ouvrir à celui qui est différent de nous que si nous sommes prêts à remettre en cause notre vision du monde et à nous centrer moins sur nous-mêmes.
Et en sens contraire cette ouverture nous enrichit, modifie notre vision et nos attitudes.

Voir la page courante
36   •     Commentaires (0)

L'ouverture au changement

Chacun de nous accepte certaines idées et en refuse d’autres, croit vraies certaines affirmations et fausses certaines autres; possibles certaines choses et impossibles d’autres.

Et il arrive que nous changions d’avis…

Soit parce que la preuve nous a été apportée que nous nous trompions sur certains points; et nous étions prêt à accepter cette preuve et à changer.

Soit éventuellement que certains événements, éventuellement minuscules pour un observateur extérieur, aient un écho en nous, éveillent des correspondances, résonnent dans notre sensibilité, et nous mettent en route…

Voir la page courante
37   •     Commentaires (0)