Ce blog s'arrête et est remplacé par un nouveau site.

Ce blog s’arrête et est remplacé par un nouveau site http://www.plestang.com

Cela fait plus de trois mois que j’y travaille!
Le nouveau site se veut une formule plus souple que le blog. Vous verrez et donnerez votre avis!

Tous mes blogs actuels ferment et sont remplacés par ce site unique http://www.plestang.com, pas encore complètement fini à vrai dire!

A ce nouveau site est associé un nouveau blog, unique, dont la fonction est d’annoncer les nouveaux textes, et de permettre la discussion.
Le flus RSS correspondant est http://feeds.feedburner.com/PhilippeLestangLeBlog.

Vous verrez que j’ai quand même pas mal écrit depuis trois mois.

Le 04-01-2009 à 17:08
(0) CommentairesLien permanent

Charismatique: une expérience sensorielle...

J’avais il y a longtemps lu un livre américain sur une méthode d’apprentissage des langues, qui utilisait une sorte de plongée complète dans un environnement sensoriel: images et mots au mur, chants, danses, répétition des mêmes échanges de phrases entre participants, etc. L’auteur affirmait, et je le crois volontiers, que les participants progressaient beaucoup plus vite que par n’importe quelle autre méthode.

Les journées et groupes de prière charismatiques, c’est un peu cela, pour qui est prêt à accepter ce qui s’y passe. J’ai participé à la journée de Pentecôte organisée par la Communauté du Chemin Neuf, et suis resté ensuite dans une atmosphère intérieure de louange, de sorte que j’ai eu envie le mardi d’aller au groupe de prière; et j’y retourne depuis!

Il y a louange et louange, je l’ai déjà expliqué je crois: l’approche paradoxale de Merlin Carothers ("Puissance de la louange”, voir sur le site “Choisis d’aimer") vaut à tout moment de la journée, et spécialement quand on a un problème. Il ne s’agit pas alors de prendre une guitare et de chanter, mais de se tourner dans la foi vers le Seigneur.

Mais l’approche charismatique a une puissance d’un autre type, que je me réjouis de découvrir toujours plus (même si je n’ai pas encore reçu le “baptême dans l’Esprit"). Il faut, pour pouvoir y entrer, se sentir accueilli/à l’aise dans le groupe, et j’ai déjà écrit à ce sujet.

Oui, expérience sensorielle puissante, qui va de pair pour moi avec la perception plus fréquente de signes de l’Esprit dans ma vie. Alleluia!

- J’ajoute une réflexion que me partage ma femme Catherine: de manière générale les chants que choisissent les charismatiques sont “vivants”, associent le corps. Par exemple le chant, pourtant magnifique, “Signes par milliers, traces de ta gloire” est trop “méditatif” sans doute pour être chanté dans une assemblée charismatique; alors qu’il a toute sa place dans d’autres assemblées. Complémentarité des démarches!

Le 29-05-2008 à 7:41
(0) CommentairesLien permanent

L'au-delà... ; "Je ne suis pas digne"

Deux sujets différents dans ce billet, le deuxième étant cependant relié au premier.
Depuis quelque temps il m’arrive, en pensant au “Ciel actuel” si l’on peut dire, c’est à dire à ceux qui y sont actuellement, de me remémorer telle ou telle personne que j’ai connue, qui est morte, et dont je serais somme toute content qu’il ou elle m’accueille quand je mourrai. J’ai ainsi une petite liste d’anciennes relations de divers types, et je pense à eux. Parfois j’imagine que de “là haut” ils regardent, et voient où j’en suis. Psychologiquement il est intéressant de voir qui je mets dans cette liste, et qui je n’y mets pas: il faut que je me sente vraiment en paix avec cette personne que j’ai connue. Il y a bien d’autres personnes par rapport à qui je n’ai pas cette paix… Eh bien je constate cela, et pour l’instant je ne m’intéresse qu’à celles et ceux avec qui je me sens en amitié. Cela évoluera bien-sûr.

Mon deuxième sujet concerne la phrase que l’on dit à la messe avant la communion:  “Je ne suis pas digne de te recevoir”. Spontanément je n’aime pas beaucoup cette phrase, puisque je pense que Dieu nous prend comme nous sommes; et qu’il nous invite à son repas. Cela dit j’ai écrit à la fin d’un de mes textes sur le péché que si l’on rencontre quelqu’un de très bien habillé alors qu’on a les vêtements pleins de terre, on se sentira sale.
Ce midi à la messe j’ai fait un lien entre l’invitation à participer, et l’éventuelle hiérarchie de sainteté que l’on trouvera dans l’au-delà. Avec les amis dont j’ai parlé plus haut, pas de problème: si j’imagine que dans l’au-delà ils se réunissent pour prier ou réfléchir, je peux penser qu’une fois mort je me joindrai à eux sans m’en sentir indigne. Mais si des gens ayant un degré de sainteté très élevé se réunissent, je pense qu’assurément je n’oserai pas entrer dans le lieu où ils sont: je ne m’en sentirai pas digne.

Le 13-05-2008 à 11:34
(0) CommentairesLien permanent

Dieu unique, vie dans l'Esprit

Six mois après le billet précédent (que j’avais oublié), je reviens à peu près sur le même thème…
D’abord pour rappeler encore que Dieu est unique. Donc toute “présence de Dieu” dans notre vie est, je pense, présence de l’esprit, car elle n’est ni présence de “Dieu le Tout”, ni présence de Jésus.

Je dis cela, de façon peut-être un peu maladroite, pour affirmer une fois de plus que nous vivons tous dans l’esprit. Et que dès lors l’expression “demander le baptême dans l’esprit” ou “l’effusion de l’esprit” est quelque chose qui pose problème!  Car nous avons tous un contact avec Dieu, tous le sentiment que Dieu agit parfois, a parfois agi dans nos vies: Dieu, esprit.

Pourtant je ne nie nullement que cette façon spéciale d’être en contact avec Dieu qu’expérimentent les charismatiques existe. Je cherche à la cerner mieux.
Peut-être peut-on la désigner par “Vie dans l’Esprit”: c’est plus fort que le dialogue intérieur que nous avons tous, plus fort que les signes occasionnels que nous ressentons plus ou moins tous.

Cette “Vie dans l’Esprit”, il peut arriver que l’on se sente prêt à y entrer. On en fait alors la demande, en général en communauté.
Mais beaucoup de chrétiens ne veulent pas aller jusque là; ne se sentent pas prêts, etc.

Le 23-12-2007 à 13:51
(0) CommentairesLien permanent

Dieu déjà présent en moi...

J’ai déjà écrit ailleurs que bien entendu, pour les chrétiens, il y a un seul Dieu et non pas trois.
Bien que je sois très “trinitaire” et que j’invoque souvent le Saint Esprit, je me suis rendu compte ce matin que parfois l’appel “Viens Saint Esprit” peut être vécu intérieurement comme signifiant… que Dieu n’est pas déjà là.

Alors que la simple phrase “Seigneur apprends-moi à prier” demande clairement l’essentiel, et s’adresse à Dieu comme déjà présent.
Non pas une présence à venir, mais une présence toujours active en moi et autour de moi.

Le 05-06-2007 à 8:38
(0) CommentairesLien permanent

La foi

Je me rends compte que si croire c’est deux choses, la foi c’est trois choses!

Croire c’est d’abord une réflexion de l’intelligence: je conclus que Dieu existe, j’en suis convaincu; je vois en Jésus la présence de Dieu parmi nous et pense qu’il est vraiment ressuscité, présent par son Esprit.

Croire c’est aussi mettre sa confiance en Dieu: s’adresser à lui et lui dire “je me remets entre tes mains, je crois que tu me donnes la vraie vie.

Mais la foi c’est encore, jour après jour, “maintenir le bateau dans la bonne direction”: à chaque instant choisir d’agir selon ce que l’on croit, ne pas se laisser ballotter par des hésitations ou des doutes incessants; choisir d’aimer.

Le 06-03-2007 à 12:26
(0) CommentairesLien permanent

Demande douce de l'Esprit

Ce qui suit est très personnel. Me voici, en ce début d’année 2007, toujours en chemin.
Le premier janvier, fête de Marie, a été marqué pour moi par une perception assez intense de Marie telle que je peux l’imaginer; et ce n’est bien-sûr qu’une représentation adaptée à ma psychologie personnelle. Je l’ai perçue comme une dame très distinguée et très simple; mais aussi, elle m’a aussitôt montré la Croix de son fils: des douleurs et un contexte incroyables. (J’ai à vrai dire l’impression d’avoir déjà écrit cela quelque part). Marie est désormais beaucoup plus “concrète” pour moi.
Quelques jours plus tard, participant à la messe quotidienne pendant une magnifique retraite organisée pour 200 jeunes d’une vingtaine d’années par la Communauté du Chemin Neuf, j’ai pris conscience de la beauté de la vocation de cette Communauté, qui fait connaître le Christ aux jeunes, et du sens que peut avoir la vie religieuse telle qu’ils la pratiquent. Non que cela corresponde forcément à mon itinéraire personnel, mais disons que désormais je comprends beaucoup mieux cette communauté.
Il me “reste”, pourrait-on dire, à recevoir vraiment le baptême dans l’Esprit. Et il m’est venu la réflexion suivante: de même que les étapes récentes décrites ci-dessus se sont produites “sans que je m’y attende”, de même au lieu de penser que l’effusion de l’Esprit sera un événement que j’aurai préparé et que j’aurai demandé formellement, pourquoi ne pas tout simplement dire au Seigneur que je lui fais confiance pour que cela se produise, comme les événements de ce début d’année, sans que je m’y attende, le jour où il le voudra.
Car je souhaite désormais recevoir cette effusion. J’avais écrit il y a un an que j’étais “en chemin” vers cela. Le chemin continue…

Le 19-01-2007 à 9:46
(0) CommentairesLien permanent

"Va vers toi..."

Le christianisme bien compris, comme la psychologie, nous invitent, chacun dans son domaine et de façon complémentaire, à devenir pleinement nous-même.

Bien loin d’un catalogue d’obligations et d’interdits, c’est au développement de notre bonheur, de notre personnalité et de notre liberté que Dieu nous appelle.

Et c’est ce qu’indique déjà la phrase par laquelle Dieu commence à s’adresser à Abraham dans la Genèse (12,1):

“Lekh Lekha”, c’est à dire “Va vers toi !”

Le 23-12-2006 à 11:50
(0) CommentairesLien permanent

La règle du jeu...

On entend parfois dire: “La règle du jeu, c’est chacun pour soi”.

Eh bien non!
La meilleure règle du jeu pour comprendre quelque chose au monde et y être heureux, c’est l’amour.
Pas n’importe quel amour: l’amour comme Jésus nous l’a montré, qui accepte de se donner pour les autres.

C’est une règle du jeu, et c’est même une loi du monde, aussi vraie que la gravité ou la circulation sanguine.
La différence c’est qu’elle n’est pas obligatoire. Elle nous fait entrer dans la liberté!

(Catégorie nouvelle de textes: notes pour un futur livre)

Le 18-12-2006 à 17:17
(0) CommentairesLien permanent

Début du Notre Père et Trinité

Il m’est venu à l’idée, même si ce n’est pas fondé sur le plan exégétique, de rapprocher les trois premières demandes du Notre Père des personnes de la Trinité:

- “Que ton Nom soit sanctifié”, on pense évidemment au Père;
- “Que ton règne vienne”, au Fils, notre Roi;
- “Que ta volonté soit faite”: c’est l’Esprit qui l’accomplit en nous.

“FWIW” comme on dit en anglais ("For what it’s worth"= je vous le donne “pour ce que cela vaut")...

Le 12-12-2006 à 13:13
(0) CommentairesLien permanent

Quitte ton pays...

Une suggestion d’un ami, que j’hésite à reproduire tant elle va choquer les bien-pensants…
Commençons par une première partie, relativement non problématique: il suggère que l’Eglise fasse repentance pour les croisades et affirme à la fois que jamais la Croix ou le Christ ne doivent servir d’emblème aux armées, et que la conquête de territoires au nom de la religion n’est pas conforme au christianisme. Facile tout cela, sauf qu’à ma connaissance cela n’a pas été dit sous cette forme (notamment la repentance).
Le Christ en effet ne nous propose pas de conquérir de territoire.

Mais là où mon ami va loin, très loin, c’est quand il ajoute que, de même, l’attachement à Jérusalem est discutable, et peut-être non conforme à l’évangile…
Il suggère donc d’une part que l’Eglise supprime toute “indulgence” liée à la visite de la Terre Sainte; mais surtout que l’Eglise se retire maintenant (il s’agit ici de ses institutions, pas des paroisses et centres au service de la population) de ce territoire, compte tenu des conflits qui y sont liés. Que l’Eglise montre que ce n’est pas un lieu particulier qui compte, mais bien l’amour.

A Abraham il avait été dit: “Quitte ton pays...” Et Jésus a ajouté: “Mon royaume n’est pas de ce monde”.
L’idée - farfelue? - de mon ami serait une contribution prophétique à la paix, à un moment où cette zone du monde est tellement au centre des conflits, et où nous risquons même une guerre nucléaire.

Je vous avais prévenu: c’est complètement fou. Mais la Croix n’est-elle pas folie?

On objectera peut-être que les chrétiens servent de passerelle entre les communautés. Les chrétiens locaux resteraient bien-sûr. Ce dont parle mon ami, c’est de l’attachement des chrétiens du monde à cette place particulière.
“Il n’est pas ici” (Mt 28,6 et parallèles)...

J’ajoute que je ne sais pas si je partage ce point de vue. Mais il m’a semblé intéressant de le faire connaître.

Le 10-12-2006 à 12:25
(1) CommentairesLien permanent

Et si c'était vrai?

L’histoire se passe dans l’au-delà, dans quelques années.
Je viens de mourir, et me trouve en présence de Jésus.

“Je suis bien content, lui dis-je, de ne plus être sur terre, car cela va de plus en plus mal là bas. Je plains ceux qui vont vivre après moi. Oui, je suis bien content d’en être sorti.”

Mais Jésus répond: “Tu te trompes, tu n’en es pas sorti du tout: il faut que tu apprennes la compassion.
“Tu vas accompagner, un peu comme un ange gardien, des personnes qui souffrent actuellement sur terre jusqu’à ce que tu sois déchiré par leur douleur comme si c’était la tienne.
“Certains chrétiens comprennent pendant leur vie que c’est cela, mon royaume. Pour les autres, il leur reste à l’apprendre après...”

(P.S.: Quand je serai là-haut, je tâcherai de vous faire savoir si j’avais bien deviné grin )

Le 30-11-2006 à 20:03
(2) CommentairesLien permanent

"La porte de mes lèvres..."

Ce qui compte, c’est l’amour.
Lorsque je m’aperçois que je suis en train de critiquer intérieurement quelqu’un, ou de penser du mal de lui… je ne suis manifestement pas dans la direction de l’amour!
J’applique alors, en ce moment, la méthode suivante:
- Je prie d’abord brièvement pour cette personne (voir le billet précédent); ce qui est déjà une attitude positive: “Seigneur, je te prie pour Untel”.
- Ensuite je remercie le Seigneur pour ce que cette personne est, et fait!
- Souvent j’ajoute également cette prière qui m’est chère: “Resserre les liens qui m’unissent à Untel; que ses désirs et mes désirs se rejoignent”, etc. Et j’imagine nos anges gardiens qui se rencontrent, et qui travaillent à l’harmonie entre nous.
- Et pour finir j’adresse au Saint Esprit cette demande: “Fais que si j’ai l’occasion de parler de cette personne, ou de lui parler, je ne dise rien de négatif”.

Et cela marche! Le Saint Esprit veille, et je peux être dans une attitude d’amour!

“Veille sur mon coeur, la porte de mes lèvres...”
(Chant de la Communauté du Chemin Neuf).

Le 14-11-2006 à 16:56
(0) CommentairesLien permanent

La prière de demande: une comparaison

Je crois à l’efficacité mystérieuse de la prière de demande. Et il m’est venu une comparaison, sachant que pour moi l’au-delà est tout à fait réel et présent, mais que nous en connaissons mal la nature et les lois.

J’imagine que prier pour quelqu’un, c’est un peu comme l’aider à pousser sa voiture en panne! Sur le plan spirituel bien sûr.

C’est dire que si nous sommes plusieurs à prier, il y a plus de chances que sa “voiture” avance.

Et que demander dans la foi de petites choses a plus de chances d’être exaucé, tant que nos “muscles spirituels” ne sont pas très développés, que d’en demander de grandes.

Si on “visualise” ainsi le rôle que l’on peut avoir en priant, cela peut aider à prier davantage et avec plus de confiance: notre prière a de l’effet dans l’au-delà, et donc dans ce monde!

Le 26-10-2006 à 16:49
(0) CommentairesLien permanent

"La religion de la Maison-Blanche"

Le sociologue Sébastien Fath a publié fin 2004 le livre “Dieu bénisse l’Amérique” (Seuil), qui n’est pas contrairement à ce que j’avais cru un instant une réflexion sur le rôle de la religion dans les USA.

Certes l’auteur est spécialisé dans la sociologie des religions, mais celle à laquelle il consacre ses principales recherches dans ce livre est la “religion civile” américaine, qui n’est pas une nouveauté mais a pris avec J-W. Bush une ampleur considérable.
On l’a souvent signalé, Bush se sert de la religion beaucoup plus qu’il ne la sert; et le “messianisme” qui lui sert d’étoile est un messianisme terrestre, de réussite des USA et d’imposition au reste du monde de ce qui paraît bon vu des USA. C’est parfois beaucoup plus “In guns with trust” que “In God we trust”.

Il ne s’agit donc pas dans le sous-titre de ce livre ("La religion de la Maison-Blanche"), de “la religion à laquelle se soumet la Maison-Blanche”, mais bien de “l’Amérique, nouvelle divinité tutélaire”, dont la réussite matérielle est le seul critère de référence.

L’analyse approfondie de Sébastien Fath montre que si la situation a des points communs avec les terribles messianismes séculiers qui ont ravagé le 20° siècle, il existe heureusement des contrepoids dans les institutions américaines. Le pire n’est pas sûr, même si de fortes dérives apparaissent.

Ce livre dense et assez complet examine aussi bien sûr l’évangélisme américain, dans sa grande diversité. Ainsi par exemple est notée la différence entre les “prémillénaristes” (fondamentalistes essentiellement), qui attendent que les chrétiens soient enlevés au ciel, et les “post-millénaristes”, ouverts à l’oecuménisme et à l’amélioration de la cité terrestre. Un autre clivage majeur déjà évoqué par Sébastien Fath dans d’autres travaux ou articles sépare les pentecôtistes (eux-mêmes fort divers) et les biblicistes, pour qui c’est la Bible et non les manifestations de l’Esprit qui constituent la référence centrale. 

Le 07-06-2006 à 13:10
(1) CommentairesLien permanent
Page 1 de 3  1 2 3 >