"Contradictions" entre NDE, et entre révélations privées

En lisant le récit de NDE qui figure en http://www.topchretien.com/topinfo/affiche_info_v2.php?Id=10303, j’ai été frappé une fois de plus par le fait que ce que voit le mourant, dans l’au-delà, correspond aux idées qu’il a sur cet au-delà... Dans le cas considéré, il voit la cité céleste de l’Apocalypse, mais d’autres voient tout à fait autre chose.

De là évidemment deux hypothèses majeures:
- L’une, c’est que cela se passe “dans sa tête” et qu’il n’y a aucune intervention de l’au-delà dans ces histoires, puisque chacun voit Dieu à son idée… Voire! Car les NDE sont bien documentées et assez incontestables, pour qui veut bien croire: comme en toute matière de “foi”, nous sommes libres.
- L’autre, c’est qu’il y a “beaucoup de demeures” dans l’au-delà, et que de toute façon il ne ressemble à rien que nous connaissions, donc Dieu nous le présente sous la forme que nous pouvons comprendre et apprécier! grin

Je relisais par hasard un texte qui examine cette même question des contradictions, mais cette fois pour les “révélations privées”, telles que celle de Maria Valtorta et de Catherine Emmerich.

Et je me disais brusquement que c’est la même chose: chaque voyant perçoit les révélations qu’il reçoit avec sa culture, son tempérament.
Dieu ajuste ce qui est vu pour que cela fasse sens pour celui qui reçoit la vision.

Le 30-01-2006 à 13:20
(0) CommentairesLien permanent

Qu'est-ce qu'être charismatique?


Lors d’une réunion il y a quelques jours une personne m’a demandé ce que sont les charismatiques.

Puisque je me sens actuellement “en chemin” vers cela (voir cet autre texte de ce blog), je vais essayer de commencer à l’expliquer, avec des mots qui puissent être compris de tous, ayant en mémoire mon texte de juillet 2003 “expérience charismatique et dialogue entre chrétiens”.

A cette réunion, nous parlions des signes de la présence et de l’action de Dieu, que beaucoup de chrétiens ont parfois l’occasion de ressentir, et qui sont souvent très discrets, presque impalpables.

L’expérience charismatique, expliquais-je, c’est la même chose en un peu plus fort.

C’est une “nouveauté” dans l’Eglise, datant du début du 20° siècle, et reprenant ce qui s’est passé aux premiers temps du christianisme.
Quelques chrétiens se sont réunis vers 1900, et ont découvert que les Actes des Apôtres mentionnaient souvent le parler en langues (voir “Le récit d’une découverte").

Après avoir beaucoup prié, à plusieurs, ils expérimentèrent en eux l’effusion de l’Esprit, sous cette forme très surprenante du chant en langues, formé de paroles en général incompréhensibles, mais qui quelque fois prennent sens pour certains de ceux qui l’entendent (voir à la fin du récit mentionné ci-dessus). C’est une prière; c’est l’Esprit qui chante en nous; et cela correspond, il est important de le noter, à une harmonie profonde: on se sent profondément soi, en même temps que l’on sent l’action de Dieu.

En plus de ce “parler en langues”, qui se produit notamment au cours des groupes de prière, ceux qui ont ainsi reçu cette “effusion de l’Esprit” reçoivent souvent un don particulier, de vision, ou de parole, etc.

Etre ainsi “baptisé dans l’Esprit” comme on dit souvent, est une grâce et une responsabilité. C’est possible pour tout chrétien, mais cela n’entre pas forcément dans l’itinéraire spirituel de chacun: Dieu sait si cela convient et quand. C’est une grâce car cela conduit à être encore davantage conscient de la bonté de Dieu, de sa présence; c’est un magnifique cadeau du Seigneur. Et c’est une responsabilité, car ayant reçu ce don, il paraît normal de ne pas se comporter comme si on ne l’avait pas reçu!

Certains reçoivent cette effusion presque sans l’avoir demandé; mais la voie la plus habituelle est la demande.

C’est à peu près là que j’en suis: je prends conscience que, si je reçois cette manifestation plus forte de la présence de Dieu, ma vie deviendra autre: cela fait forcément un peu peur.

Souvent j’ai dit dans la prière “mon Dieu je me donne à toi entièrement et sans réserve”; mais maintenant que cela va sans doute se traduire par des signes assez forts dans ma vie, se donner prend un sens plus direct, plus irréversible; même si c’est un cadeau que le Seigneur veut me faire ainsi.

Se donner à Celui qui est tout amour, et sentir son action en nous…

Le 28-01-2006 à 20:10
(0) CommentairesLien permanent

Vatican 2035

“Vatican 2035”: je viens de terminer le gros livre assez remarquable qui porte ce titre (Plon 2005, 21 euros). Son auteur… veut garder l’anonymat et dit être une personnalité de l’Eglise catholique, apparemment relativement connue (et francophone)! Il a choisi le pseudonyme de “Monsignore Pietro De Paoli” grin

Ce récit, qui après le chapitre initial peine d’abord à trouver son rythme mais qu’ensuite on ne lâche plus, imagine le monde et l’Eglise catholique au long de la période 2007-2037. Le personnage principal, Giuseppe, sera l’un des papes de cette période. C’est presque un “thriller”: les luttes et crises mondiales sont au coeur du livre, et l’Eglise participe très activement à des négociations souvent musclées où la mort est possible à chaque instant.

En parallèle se dégagent peu à peu des propositions pour l’Eglise. Elles sont éparses et peut-être serait-il bon de les rassembler. C’est une série de réformes et de changements d’orientation assez substantiels que propose notre “Monseigneur”, dont les points de vue très ouverts feront grincer plus d’une dent, qu’il s’agisse de l’oecuménisme - que l’on croit longtemps absent du livre et qui resurgit vers la fin-, de l’ordination d’hommes mariés choisis par la communauté où ils vivent et au service de cette communauté, ou encore de l’homosexualité (avec un magnifique texte sur le mariage chrétien et la sexualité, page 525), etc.

Une initiative à suivre !

Le 01-01-2006 à 14:06
(1) CommentairesLien permanent
Page 1 de 1