Un monde de force et de violence

Nous vivons dans un monde de rapports de force et de violence. Les relations internationales, même quand elles sont apparemment pacifiques, sont sous-tendues par cette réalité; et chacun de nous est impliqué.

Ainsi par exemple les producteurs de ressources rares, notamment énergétiques, se servent parfois du robinet qu’ils tiennent; les puissants interviennent militairement. Et maintenant une idéologie terroriste participe à cette lutte de pouvoirs à l’échelle mondiale.

Le responsable du journal danois qui a publié les caricatures de Mahomet déclare (je le lis dans le “LATimes") que “les musulmans ne demandent pas que je les respecte, ils demandent que je me soumette”. Eh oui, on ne peut pas dire ou publier n’importe quoi dans une situation internationale explosive. “Une image vaut mille mots”.

Publier ou ne pas publier n’est pas seulement une question à regarder du point de vue du respect; c’est une question politique, comme l’était en fait la querelle sur le voile en France.

S’il n’y avait pas eu la pression de certains milieux pour faire, a-t-on pu penser, du voile un instrument de conquête politique au sein de l’école, l’affaire aurait peut-être pu être réglée différemment. Les positions de l’Eglise catholique à l’époque m’avaient parues naïves, défendant “la religion”, là où se jouaient divers problèmes politiques dont celui de la liberté des femmes.

Le 10-02-2006 à 9:53
(2) CommentairesLien permanent
Page 1 de 1