Pas au pied de la lettre...

Le texte de la Bible n’est pas nécessairement à prendre au pied de la lettre. La plupart des chrétiens le savent. Et voici qu’il y a un cas où c’est Jésus lui-même qui nous le dit!

En Matthieu 11:14, à propos de Jean-Baptiste, il affirme:

“C’est lui, si vous voulez bien comprendre, l’Elie qui doit revenir”.

Les juifs de l’époque pensaient qu’Elie reviendrait avant le Messie. C’est ce qu’affirme ce passage du prophète Malachie (3:23):

“Voici que je vais vous envoyer Elie, le prophète, avant que ne vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable.”

Ce n’est pas Elie qui est revenu; c’est Jean-Baptiste, affirme Jésus à ceux qui “veulent bien comprendre”, qui en tient lieu.

Jésus nous montre que ce que disent les prophètes demande interprétation; n’est pas à prendre au pied de la lettre.

Le 15-03-2006 à 18:01
(0) CommentairesLien permanent

Niveaux de pensée?

Je lis dans l’excellent livre de Michel Dethy “Introduction à la psychanalyse de Freud” (Ed. Chronique sociale) le commentaire suivant, à propos des névroses (p.38):

"L’équilibre ne serait-il pas ce que quelques analystes appellent la perversion douce, qui serait d’accepter la jouissance de son fantasme en sachant pertinemment qu’il n’est qu’imaginaire et en s’interdisant tout passage à l’acte. Ceci est-il possible?
Certes… mais à condition de ne pas être croyant, puisque dans les dix commandements nous lisons: ‘En pensée, désirs, veilleras à rester pur entièrement’. La perversion est interdite par l’Eglise, elle ne peut donc être acceptée même au niveau imaginaire."

Passons sur les aspects techniques: pour la psychanalyse, nous avons, si je comprends bien, tous des fantasmes (relativement conscients) liés à des perversions. A vrai dire nous avons aussi des colères intérieures, etc. La question est: comment se comporter par rapport à ces pensées “non correctes”?

Je vois dans ce texte de Michel Dethy un peu la même chose que dans l’Ecole de Palo Alto, à savoir l’utilité de se placer, par rapport à sa propre pensée, à un niveau “meta”.

Je me constate et m’observe pensant; et ce n’est pas en m’interdisant de penser ceci ou cela que je progresserai dans l’amour, mais en comprenant pourquoi j’ai tendance à penser ainsi.

Le 06-03-2006 à 9:47
(1) CommentairesLien permanent

Mercredi des Cendres

Le prêtre nous parle du Carême comme d’un temps de dépouillement, pour que Dieu puisse venir en nous. Les gens qui sont trop "pleins d’eux-mêmes" ne laissent pas vraiment de place à Dieu.

Ceux qui vivent vraiment de Dieu et en Dieu deviennent en quelque sorte "transparents": on voit Dieu à travers eux.

J’ajoute ici une autre idée proposée par ce même prêtre: “Il s’agit (quelquefois) de révéler à l’autre la lumière qu’il a en lui”.

A part cela: je n’aime pas beaucoup la formule "Convertissez-vous et croyez en l’Evangile" mais je ne sais quoi proposer (j’aime encore moins l’autre: "tu es poussière..").

Une possibilité: “Tourne ton coeur vers Dieu, et accueille la bonne nouvelle!”

Le même prêtre que ci-dessus a dit, un autre jour, la phrase suivante pour ouvrir la prière pénitentielle:

“Comme quelqu’un qui veut passer des ténèbres à la lumière, confions-nous à la miséricorde du Seigneur”.

Le 01-03-2006 à 13:16
(0) CommentairesLien permanent
Page 1 de 1