Amour et amour...

Le mot “amour” a plusieurs sens… C’est banal et je le sais depuis longtemps.

L’idée que les gens ont en tête quand on emploie ce mot est assez bien exprimée je crois par ce texte d’Edgar Morin ("Les sept savoirs”, p. 62):
“L’homme (...) est aussi (homme) de la poésie, c’est à dire de la ferveur, de la participation, de l’amour, de l’extase. L’amour est poésie. Un amour naissant inonde le monde de poésie, un amour qui dure irrigue de poésie la vie quotidienne, la fin d’un amour nous rejette dans la prose.”

Il y a des points communs importants entre ce qui est dit ci-dessus est l’amour de Dieu tel que le vivent parfois les chrétiens.

Mais quand on parle “d’amour des ennemis”, quand on dit que Jésus est allé jusqu’à la mort par amour, on sent bien que ce n’est plus l’amour spontané, dionysiaque évoqué ci-dessus dont il s’agit.
Cela rejoint sans doute la vieille distinction entre “eros”, “philia” (amitié??) et “agapè”.

Mon souci en écrivant ces lignes est de me rappeler à moi-même combien le sens chrétien du mot amour peut être étranger à un certain nombre de nos contemporains, pour qui par exemple le mariage à vie n’a guère de sens (sauf cas rarissimes “où l’on s’aime encore!").
Reste peut-être ce qu’une maman ou un papa fait pour ses enfants “par amour”.

L’amour, c’est la joie, écrit Comte-Sponville dans son dictionnaire philosophique (idée que j’ai déjà citée ailleurs à propos de Spinoza).

Alors c’est par notre joie que nous, chrétiens, pouvons sans doute faire découvrir aux hommes l’amour.

Le 12-12-2005 à 12:49
(0) CommentairesLien permanent
Page 1 de 1