Mercredi des Cendres

Le prêtre nous parle du Carême comme d’un temps de dépouillement, pour que Dieu puisse venir en nous. Les gens qui sont trop "pleins d’eux-mêmes" ne laissent pas vraiment de place à Dieu.

Ceux qui vivent vraiment de Dieu et en Dieu deviennent en quelque sorte "transparents": on voit Dieu à travers eux.

J’ajoute ici une autre idée proposée par ce même prêtre: “Il s’agit (quelquefois) de révéler à l’autre la lumière qu’il a en lui”.

A part cela: je n’aime pas beaucoup la formule "Convertissez-vous et croyez en l’Evangile" mais je ne sais quoi proposer (j’aime encore moins l’autre: "tu es poussière..").

Une possibilité: “Tourne ton coeur vers Dieu, et accueille la bonne nouvelle!”

Le même prêtre que ci-dessus a dit, un autre jour, la phrase suivante pour ouvrir la prière pénitentielle:

“Comme quelqu’un qui veut passer des ténèbres à la lumière, confions-nous à la miséricorde du Seigneur”.

Le 01-03-2006 à 13:16
(0) CommentairesLien permanent
Page 1 de 1